HOMOSEXUALITÉ

Crée par : Pascale N. Chaar

Qu'est-ce que l'homosexualité?



  • une attraction, physique et émotionnelle, aux personnes du même sexe.
  • une préférence pour les rapports affectifs avec des individus de le même sexe (homosexualité), le opposé sexe (hétérosexualité), ou les deux (bisexualité)
  • Peut être le comportement ou l'identité
  • Gay et homosexuelle : les hommes qui préfèrent le même sexe.
  • Lesbien : les femmes qui préfèrent le même sexe
  • hétérosexuel: hétérosexuels qui préfèrent l'opposé sexe

INJUSTICE DE L'HOMOSEXUALITÉ

La discrimination contre les homosexuel.

Les hommes gais et lesbiennes au Canada ont connu des tendances persistantes de discrimination et de persécution. Ils ont:



  • Été traités comme des malades mentaux et ils ont soumis à des thérapies de conversion, y compris le traitement par les électrochocs.
  • Pas été autorisé (jusqu'à récemment) pour participer ouvertement dans les Forces armées
  • Été ciblé par les lois discriminatoires, y compris l'interdiction pénale de pratiques de même sexe
  • Fait face à la discrimination dans l'emploi et le logement


("Discrimination against Gays & Lesbians." Did You Know? Consulté le 10 juin, 2015 à https://www2.viu.ca/positivespace/manual/discrimination.asp.)

D'autres discrimination...


  • Les livres homosexuel et d'autres formes de médias continuent d'être censuré en dépit des contestations judiciaires.




  • Les crimes dirigés vers les hommes gais et les lesbiennes continuent d'être généralisée.
Big image

Illustration des Stéréotypes


  • «Un gai, c’est toujours la sexualité, premièrement, et VIH ou MTS. C’est un peu fatigant. Quelqu’un qui ne m’a jamais parlé avant au CLSC, elle m’a vu dans l’ascenseur, m’a regardé et, sans me dire salut, m’a dit : « Tu as perdu beaucoup de poids. Es-tu malade? » C’était parce que j’étais stressé, je retournais à l’école. On est étiqueté gai. Si tu as l’air malade ou si tu vas voir le médecin souvent, ça doit être le VIH que tu as» (Francis, 38 ans, infirmier dans un CLSC)



  • C’est toujours l’homme féminisé, la femme masculinisée, mais pas vraiment d’une façon péjorative. C’est juste que ça peut être un commentaire qui revient. Ça peut être moi qui ris de moi-même. Ce n’est jamais rempli de préjugés. (Maxime, 28 ans, conseiller administratif) Quel genre d’humour? Surtout en ce qui concerne les fofolles. Ça se traite de moumoune un peu à tour de bras pour tout plein de raisons. C’est un peu dans ce style-là. […] Les préjugés par rapport au fait que les hommes, ce sont tous des moumounes et des fofolles, que chaque gars homosexuel, ça doit être efféminé automatiquement. (Catherine, 27 ans, travailleuse de rue)



  • Ça va être la petite grosse, les cheveux coupés, qui fonce dans le tas. C’est souvent comme ça que les autres membres du personnel peuvent voir les lesbiennes. (Mathieu, 36 ans, enseignant au secondaire)



    • Les tapettes, [c’est] des pas forts. Par contre, les hommes homosexuels sont les mieux habillés par rapport aux autres éducateurs. Plus beaux, toujours propres, toujours bien habillés, toujours bien coiffés. Ils sont différents… Toutes les filles les trouvent fins. Ils sont fins, ils sont beaux, ils sentent bon. Pour les filles, c’est ça. Pour les hommes, je ne pourrais pas te dire parce que je travaille plus avec des filles. (Dominique, 49 ans, éducatrice en déficience intellectuelle)


    (Chamberland, Line. "Stéréotypes Et Préjugés." Collège De Maisonneuve. 2007. Consulté le 11 juin, 2015 à http://homophobie.ccdmd.qc.ca/medias/pdfs/homophobie_stereotype.pdf.)

    Big image

    L’homophobie, c’est quoi?

    • l’homophobie est comme une peur, une aversion envers les personnes homosexuelles.
    • l’homophobie peut aussi concerner les personnes dont l’apparence ou les comportements ne concordent pas avec ce que la société attend traditionnellement d’un homme ou d’une femme.
    • L’homophobie peut prendre racine dans une croyance hétérosexiste.
    • L’hétérosexisme se définit par le fait de penser que l’hétérosexualité est supérieure aux autres orientations sexuelles.

    ( "Et Si Mon Fils était Homosexuel?" Et Si Mon Fils était Homosexuel?Consulté le 11 juin, , 2015 à http://www.monfilsgai.org/savoir/lhomophobie-cest-quoi/.)

    Big image

    Les conséquences de l’homophobie :

    • Les personnes homosexuelles sont 2,5 fois plus souvent victimes de crimes violents que les personnes hétérosexuelles, et les personnes bisexuelles le sont 4 fois plus1.
    • En 2010, 16 % des crimes haineux déclarés au Canada étaient motivés par l'orientation sexuelle.2En 2009, la proportion était de 13 %.3
    • En milieu de travail, le quart des personnes LGBT dissimulent leur orientation sexuelle à la totalité ou à la majorité de leurs collègues. À peine le quart en parle ouvertement : dans 40 % des cas, la dissimulation est motivée par des signes de fermeture et dans le tiers des cas, par la présence d’une personne homophobe.
    • À l’école secondaire, 38,6 % des élèves auraient été victimes d’incidents à caractère homophobe, comme des insultes, des moqueries et de l’exclusion. Le taux d’absentéisme chez ces élèves est deux fois plus élevé que chez les autres. De plus, leur sentiment d’appartenance et leurs aspirations scolaires sont moins affirmés.4
    (Line Chamberland, Gilbert Émond, Danielle Julien et Joanne Otis (2010). L’impact de l’homophobie et de la violence homophobe sur la persévérance et la réussite scolaires, rapport de recherche, Montréal, Université du Québec à Montréal.)

    POSITIVE

    Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie.

    L'homophobie est quelque chose que nous ne pouvons malheureusement pas changer du jour au lendemain. Les gens auront toujours une opinion négative envers les homosexuels, et il faudra de nombreuses années jusqu'à ce que l'égalité complète est présente. Néanmoins, il y a toujours des organisations qui aident à surmonter les mots froids, menaçants et méchants des homophobes. Chaque année, le 17 mai, de nombreuses personnes participent à la lutte contre l'homophobie.
    «La Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, qui se tient le 17 mai de chaque année, est un événement rassembleur et un moment de convergence des actions de lutte menées contre l’homophobie et la transphobie. La Fondation Émergence fait la promotion de cette journée et invite les organisations et les personnes à souligner cet événement dans leur milieu.»
    Discours de Monique Giroux - Prix Laurent McCutcheon 2015 contre l'homophobie et la transphobie

    LES HOMOSEXUELS DANS LES MÉDIAS

    The Representation of Homosexuality in the Media
    Kids React to Gay Marriage

    HISTOIRE

    Big image

    Historique de la situation de l’homosexualité au Québec et dans les pays occidentaux


    • 1841 : La sodomie (qui inclut la fellation et la sexualité anale) est criminelle au Canada. La peine de mort est la sanction inscrite au Code criminel de l’époque. Ensuite, jusqu’en 1954, ce même crime peut être puni par la prison à vie.
    • 1869 : Apparition du terme « homosexuel ».
    • 1940-1969 : Pendant cette période, des descentes policières ont régulièrement lieu dans des établissements fréquentés par des gais et des lesbiennes. Des centaines d’arrestations auront lieu dans ce cadre.
    • 1969 : La loi C-143 (bill omnibus) décriminalise tous les gestes sexuels (comme la sodomie) commis en privé entre adultes consentants, ce qui a pour effet de décriminaliser l’homosexualité.
    • 1973 : L’homosexualité n’est plus considérée comme une maladie mentale. L’APA (American Psychiatric Association), qui édite le DSM, une sorte d’encyclopédie des troubles mentaux, la retire du DSM cette année-là.
    • 1976 : Dans le cadre des Jeux olympiques qui se déroulent à Montréal cette année-là, plusieurs personnes sont arrêtées afin de « nettoyer les rues ». Parmi celles-ci, plus de 200 gais sont emprisonnés. Pour protester contre ces arrestations, la première manifestation homosexuelle de l’histoire du Québec a lieu en mai 1976 et accueille près de 2000 personnes.
    • 1977 : L’orientation sexuelle devient un motif pour lequel il estinterdit de discriminer une personne dans la Charte des droits et libertés du Québec. Le Québec devient ainsi la première juridiction en Amérique du Nord à interdire la discrimination basée sur l’orientation sexuelle.
    • 1990 : L’OMS (Organisation mondiale de la santé) reconnaît que l’homosexualité n’est pas une maladie et le retire de sa liste des troubles mentaux.
    • 1996 : Modification de la loi canadienne sur les droits de la personne pour inclure l’orientation sexuelle comme motif de discrimination interdit. Cette loi s’applique à tous les fonctionnaires de l’état. Tous les provinces et territoires sont tenus de s’y conformer. Au Québec, l’article 137 de la Charte des droits et libertés de la personne est amendée pour retirer la discrimination à l’encontre des couples de même sexe en ce qui concerne les assurances et autres avantages sociaux.
    • 1997 : Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec adopte des orientations ministérielles en ce qui concerne l’adaptation des services à la population homosexuelle. Le Canada reconnaît l’orientation sexuelle comme motif pour réaliser un crime haineux.
    • 1998 : Le tribunal des droits de la personne apporte une précision au motif « sexe » inclus comme motif interdit de discrimination. Celui-ci inclut maintenant les personnes transsexuelles ou en processus de transition.
    • 1999 : Le Québec modifie sa loi concernant les unions de fait pourinclure les couples de même sexe. Ceux-ci ont donc les mêmes privilèges et obligations que les couples hétérosexuelles en union de fait. À l’international, l’APA (American Psychological Association) reconnaît dans son code de déontologie que considérer l’homosexualité comme une pathologie ou un trouble est un manquement éthique important.
    • 2000 : Le Canada emboîte le pas au Québec en modifiant aussi sa loi concernant les conjoints de fait pour y inclure les couples de même sexe.
    • 2002 : Au Québec, création d’un nouveau cadre conjugal : l’union civile. Celle-ci confère tous les avantages du mariage et est ouverte à tous quelle que soit leur orientation sexuelle. Il y a aussi modification des règles de filiation. Ainsi, il est maintenant possible d’écrire deux pères ou deux mères sur le certificat de naissance d’un enfant. La loi 84, qui permet ceci, est adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale.
    • 2005 : Le gouvernement canadien légalise le mariage civil entre conjoints de même sexe.

    ( "Et Si Mon Fils était Homosexuel?" Et Si Mon Fils était Homosexuel? Consulté le 11 juin, 2015 à, http://www.monfilsgai.org/savoir/historique-de-la-situation-de-lhomosexualite-au-quebec-et-dans-les-pays-occidentaux/.)

    HISTOIRE AUTOUR DU MONDE

    A History of LGBT rights at the UN

    OPINION

    OPINION FACE À L'HOMOSEXUALITÉ

    L'homosexualité n'est pas une maladie, ce n'est pas un péché; c'est juste une autre façon d'aimer. L'homosexualité n'est pas une mauvaise choses et j'espère que dans la future distante, l'égalité complète serait accomplit! J’espère qu'une journée les gens homophobe comprendrait que l'homosexualité ce n'est pas une peur. Si quelqu'un veut aimer quelqu'un laisse leur aimé! Ses comme ont dirait les gens avec des yeux vert ont besoins d'aimer des gens avec des yeux vert; si tu veut marier quelqu'un avec des yeux de couleur différentes, tu ne peux pas! C'est ça comment les homosexuels se sent. Ils se sent isolés, car plusieurs d'entre eux n'ont pas la possibilité d'être avec ceux qu'il veut être avec.

    OBJECTIF ATTEINT

    L'objectif à été atteint puisque chacun des critères à été accomplis, et la population peut maintenant s'informer sur mon sujet.
    Big image