Parcours Charisme Durable

BNP Paribas - MOA Finance - Extended Management Team - 2014

Big image

Description du parcours

Objectifs
Pour l'équipe:
  • Développer la transversalité entre les 5 équipes du département. Favoriser le partage d'expérience, la bienveillance et la confiance mutuelle.
Pour chacun:
  • Pour chacun: De s’approprier une palette de soft skills managériales au point d’en faire des réflexes, en lien avec les 4 principes managériaux BNPP: 1/ focus client, 2/l'exemplarité, 3/valoriser les personnes et 4/entreprendre en conscience des risques.
  • Progresser sur des enjeux propres au département MOA Finance: être à la fois prestataire de ses clients internes ET garant des standards du groupe, multiculturalité.


Moyens mis en oeuvre pour arriver à l'objectif


  • 9 ateliers de 3h à base d'impro, d'outils théoriques et de mises en situation
  • 30min d'entretien individuel de fixation d'objectifs (après le 2ème atelier)
  • Hotline 5j/7 - Vidéos E-learning et documents On-line

Atelier #7 : Le Leader (qui reconnaît les manifestations de l'inconfort chez ses interlocuteurs) 13/10/14

Leadership = faire adhérer => Part émotionnelle / "motivationnelle" du management.


Impro:

- Marche

- Chanson en commun

- Départ d'impro


Ce que l'on retient:

Si ma motivation à improviser vient d'une injonction ("fais parce que tout le monde le fait" par exemple), je dépense beaucoup d'énergie pour une performance médiocre. A ce moment là je suis "dans mon scénario" en langage AT (voir plus bas). Si au contraire je décide de m'y impliquer, improviser devient un jeu, un challenge personnel : d'une, je me fatigue moins, et de deux, ma performance augmente très sensiblement, presque malgré moi.


Pourquoi ? C'est l'effet de gel et la théorie de l'engagement. La source de motivation NE PEUT ETRE QUE PERSONNELLE pour être efficace. On parle de soumission librement consentie, ou de choix libre. Je ne choisis pas la tâche ou le projet que l'on m'assigne, mais ma source de motivation pour l'accomplir m'appartient. Un manager emprunt de leadership sort de la logique "bâton / carotte".


Enfin leadership ne veut pas dire forcément charisme. A partir du moment où je m'intéresse aux émotions / à la motivation de mes équipes, je fais preuve de leadership.


Le rôle du manager est:

- De repérer par les signaux verbaux et para verbaux si ce "choix libre" s'est opéré ou non chez le collaborateur (cf 4 manifestations du scénario - de l'inconfort- ci-dessous)


- De provoquer un one-to-one avec le collaborateur pour l'amener à exprimer et sonder sa motivation; si possible trouver son "driver" (càd la petite voix qui le pousse à agir sous injonction), et le "retourner" avec une phrase adressée directement à cette petite voix (Ex: "Tu sais on a le temps" pour contrecarrer un "Dépêche toi")


- De savoir s'arrêter à temps : leadership ne veut pas dire thérapie ! Il faut savoir accepter que parfois l'inconfort de la personne est due à des facteurs extérieurs, personnels et souvent bien antérieurs à la relation de travail.


C'est un savoir-faire exigeant au début, mais qui se révèle très vite payant car il tue dans l’œuf la plupart des problèmes de motivation.


Outils:

- Le scénario: Les 4 manifestations de l'inconfort d'Aaron Schiff et les 5 drivers de Talbi Khaler (cf schéma)


Mises en situations:

- On a vu à que s'il est facile d'identifier l'inconfort chez l'autre, le plus dur est d'oser aborder le sujet et le traiter avec tact.


Pour creuser:

- Sur l'effet de gel et la théorie de l'engagement: http://www.brocooli.com/introduction-a-la-psychologie-sociale-leffet-de-gel-et-lescalade-dengagement/

- Sur les drivers, et l'analyse transactionnelle en général: http://www.amazon.fr/Manuel-dAnalyse-transactionnelle-Ian-Stewart/dp/2100492020

Atelier #6 : les modes de management 15/09/14

La phrase du jour :


« Le leadership, c’est la part de gestion des émotions dans la mission du manager. »


Ce que l’on retient :

Un manager doit s’adapter 2 fois, de manière simultanée :

· Il adapte son mode de management à la situation.

· Il adapte sa communication à son interlocuteur.


Mises en situation :

Pour comprendre les 3 modes de management, 3 exercices :


1. mode Imposition : « Les impros coachés » => l’impro démarre vite et facilement mais les comédiens ne peuvent pas prendre d’initiatives dans la construction du fait du coaching.


2. mode Animation : « J’ai inventé un jeu » => nécessité de mettre de l’énergie et d’entraîner (de leader) pour être suivi.


3. mode Négociation : « Le pont chez les Papous » => j’ai un objectif : construire un pont. Pour y parvenir, je suis obligé de prendre en compte les manières de faire des Papous !


L'outil :

La Pyramide des modes de management

Jean-Christian Fauvet

Atelier #5 : Délivrer tous les messages, même les plus délicats – suite

Impro :

- Marche prénoms => précision

- Toi ! toi ! toi ! => alignement, précision

- Associations d’idées + rimes => lâcher-prise !!


Ce que l’on en retient :

Le lâcher-prise est primordial pour être efficace et réactif dans des situations à fort enjeu. La précision me permet de gagner du temps parce que je suis plus clair et mieux reçu/compris du 1er coup !


Mises en situation :

Divers jeux de rôles – messages difficiles à passer (retard, agressivité, erreurs fréquentes…)

JDR décalés :


  • vous êtes directeur d’un camp de vacances, vous recadrez un moniteur qui ne respecte pas les règles de sécurité
  • vous avez 18 ans et vous recadrez votre mère qui est trop protectrice, notamment devant vos amis


JDR pros :


  • retard
  • agressivité
  • erreurs fréquentes…



Ce que l’on en retient :

Tout se dit ! Pourvu que l’on prépare son message, que l’on ne se prenne pas pour la Police, qu’on choisisse un et un seul objectif pour l’entrevue et que l’on reste bienveillant.


L’outil approfondi : le DESC


1. D : description des faits : soyez précis et objectif.

  • « Précis » signifie que vous bannissez les approximations, que donnez des preuves concrètes : les faits doivent être imparables.
  • « Objectif » signifie que vous ne portez pas de jugement de valeurs. Avec un jugement de valeurs à ce stade-là, votre interlocuteur se sentira blâmé et cherchera à se défendre.


2. E: exprimer son sentiment : utilisez le mot "je", nommez l’émotion que vous ressentez pour de vrai, à la 1ère personne, sans aller chercher une émotion fabriquée du genre "je suis surpris" pour dire je suis en colère. Si vous n’êtes pas sincère, cela se verra tout de suite !


3. S: solution concrète, actionnable et contrôlable. En fonction du contexte, de l’objet de l’entretien, du comportement du collaborateur, de l’historique du collaborateur vous adapterez votre stratégie soit :


  • En proposant la solution
  • En demandant la solution au collaborateur (variable selon l’autonomie du collaborateur)
  • En élaborant ensemble un plan d’actions
  • En fixant un ultimatum



4. C: conclusion/conséquences positives si la solution concrète est appliquée : motivez votre interlocuteur en lui donnant une visibilité sur l’avenir.

Atelier # 4 : la précision, une arme pour dépassionner

Impro :

- Big Buddy

- Marche aveugle avec guide

- Conférence de presse

- Il était une fois

- Oui et


Ce que l'on en retient:

La précision est un des 4 piliers de l'impro (Précision, Lâcher prise, Energie, Bienveillance).

En impro, le texte n'est pas écrit: je dois donc être extrêmement précis sur ce que je fais.

Important: Précis = compris par l'autre joueur. Ça n'est pas un élément objectif; la précision s'apprécie au résultat: L'autre a compris.

Mises en situation:

- Dicter des dessins: formes (sans échanges) puis graphique (avec la possibilité de dire OUI ou NON).

Ce que l'on en retient:

Ce qui est clair pour nous ne l'est pas pour l'autre


En cas de directives floues, l'autre va faire quand même, mais à sa manière.

Dans la vraie vie, j'ai le droit de poser des questions, et d'observer le non verbal de mon partenaire: utilisez cette chance pour vous assurer que votre message est passé en faisant reformuler, en posant des questions ouvertes, en checkant le non verbal, etc.

Pour conclure:

La précision est un investissement en temps et en énergie. La plupart des conflits en entreprise ne proviennent pas d'une divergence d'intérêt mais d'un manque de précision au départ. Etre précis fait donc gagner du temps et de l'énergie.

Etre précis permet enfin de se protéger. En négo par exemple: si je suis précis sur ce qui me fera quitter la table de négo satisfait (mes intérêts), alors je suis protégé et je peux me permettre d'être ouvert à toute proposition (même créative) qui répondra à mes intérêts.


dicton du jour: "les objectifs flous entraînent des conneries très précises"



La précision appliquée :


FIXER UN OBJECTIF EFFICACEMENT

outil SMART :

  • S: SPECIFIQUE - l'objectif est clair et non ambigu, en d'autres termes exprimé simplement
  • M: MESURABLE - un critère concret mesure objectivement la progression vers l'objectif
  • A: ATTEIGNABLE - l'objectif est pertinent au vu de mes compétences et de ma confiance en moi. Il répond aux questions : pourquoi, pourquoi moi, pourquoi maintenant
  • R: REALISTE - l'objectif n'est ni sensiblement au-dessus ou au-dessous d'une performance standard, et tient compte de l'état du marché
  • T: TIME - l'objectif a une deadline précise

et pour bien faire, on peut ajouter


  • E: EVALUE - le projet fait l'objet d'un bilan, d'un debrief et de feedback par rapport à l'objectif initial
  • R: REAJUSTER - on se laisse la possibilité en cours de projet de réajuster des objectifs initiaux devenus caduques... quelqu'en soit les raison



Mises en situation : en binômes,

- organiser un événement de fin d'année pour le service

- un sujet pro



PASSER DES MESSAGES DIFFICILES


Les quelques règles d'une communication assertive:

- Messages "je". (le tu, tue).

- Précision, critères objectifs

- Nommer son émotion plutôt que de la faire sentir OU de la masquer

- Se montrer ferme mais positif

- Eviter les "on m'a dit"


Outil de recadrage et transmission des messages peu agréables: le DESC.

Ce que l'on en retient:

  • D: On évite les généralisations "toujours", "jamais", les approximations: "l'autre jour", "souvent", "on m'a dit". On reste précis, factuel: les faits doivent être Imparables.
  • E: Exprimer son sentiment - Messages "je". On nomme sa vraie émotion, sans aller chercher une émotion fabriquée du genre "je suis surpris" pour dire je suis en colère.
  • S: Solution concrète, actionnable vite
  • C: Conséquences positives: on repasse dans l'émotionnel.


Mais surtout, ce que l'on en retient: Le verbal fait 10% du job, la posture "+/+" 90%.

En clair, si je suis assertif, càd que je critique ce que la personne a fait mais pas ce qu'elle est, je peux en réalité m'affranchir de l'ordre du DESC.


Les outils rhétoriques sont des béquilles lorsque l'énergie du "+/+" ne vient pas naturellement.


Pour creuser: http://www.charisme-durable.fr/le-desc/

Technique de recadrage : le DESC - Charisme Durable

Atelier # 3 : 19/05/2014 - Les 3 états du Moi en AT : dépassionner les relations et prévenir les conflits

Impro:

- Marche avec échanges d'émotions


- Et voici... "Machin, triste"

- Bonjour avec une émotion et réponse

- Ascenseur émotionnels en ligne (J'aime les frites)

- Exo du "Plus": le groupe donne de l'énergie pour monter en émotion

- Le curseur: monter en émotion tout en racontant une histoire


A retenir:

Même si je joue un personnage qui "rentre dans son scénario" et monte en émotion, moi comédien je dois rester en contrôle, à l'écoute des autres et de l'histoire: Ce même recul est nécessaire dans une interaction, pour prévenir des conflits. Si je me laisse emporter, il est dur de revenir. Je dois à la fois vivre l'interaction ET l'analyser. C'est cette gymnastique qui est si difficile et à la fois si précieuse!


Les 3 Etats du Moi en AT

Les 3 Etats du Moi en analyse transactionnelle (cf vidéo ci dessous + Image)

L'Etat Adulte est propice à la construction en équipe car il est rationnel tourné vers la résolution des problèmes.

Etre dans son scénario = subir ses émotions et l'Etat du Moi avec lequel on communique. A l'inverse, l'Assertivité = choisir l'Etat du Moi avec lequel on communique: l'Etat Adulte agit comme un filtre qui va aller chercher l'Etat le plus propice à l'interaction.


Rappel: Quand quelqu'un est dans son scénario, on peut observer 4 grands types de comportement:

  • L'abstention: Il dépense son énergie à s'empêcher d'agir.
  • L'agitation: jambe, stylo, BlackBerry, ongles, cheveux: la personne aimerait être ailleurs: elle s'agite.
  • Le blocage ou la violence: mécanisme de défense à l'inconfort.
  • La sur-adaptation: La personne "en fait trop": Elle prévoit vos besoins à l'avance et se sur-implique alors que vous ne lui avez rien demandé.


Les transactions croisées (image ci dessous):

Intenables, artificielles ==> Si je me maintiens dans l'Adulte, l'autre y viendra aussi ou rompra le dialogue.


Mises en situations

- face à quelqu'un de passif, sans initiative

- face à un collaborateur dans un état "enfant rebelle"

- face à un conflit larvé

L'analyse transactionnelle et les trois états du moi - Charisme Durable

Atelier #2: 14/04/2014 - PPP niv 1: Les postures oratoires

PPP= Prise de parole en public!


Impro:

- Pan Pan => L'énergie et la disponibilité sont des clés du lâcher prise.

- Bonjour. Bonjour. Qu'est-ce qu'il dit ? Rien ! => Concentration et écoute pour jouer à tout moment sa propre partition sans efforts.

- Machine à mots => La meilleure réponse à l'urgence est le calme et la précision.


Exercice PPP

- Et voici... => La volonté d'être utile à un partenaire et l'énergie sont des leviers de motivation. Prendre le temps de l'Acceptation, sinon réflexe de sécurisation (pauvre)

- J'accuse ! => Plus je m'investis, plus c'est clair et plus c'est convaincant.

- Gromelo => la précision de l'intention se traduit dans le langage non verbal et rend un discours plus impactant


=> J'ai une seconde de "chargement" avant de me mettre en avant. Cette seconde est cruciale, on teste son niveau de plaisir / de motivation avant d'aller "au combat" => Il faut connaitre ses limites pour exploiter au mieux ses capacités.



2 outils:

Un outil d'analyse: le Carré de l'influence ou la grille d'analyse d'une PPP (ci dessous)

Un outil d'adaptation: les 5 postures oratoires en PPP (cf schéma ci dessous).

Travail des 5 modes sur le même thème: Discours du Père Noel à ses lutins.


A retenir:

Parler en "one to many" implique un transfert du public vers l'orateur, en ce sens que le public vit des émotions à travers celui qui parle. Il faut l'accepter. C'est une donnée.

Si ma rhétorique ET mon non verbal sont alignés, alors je crée de la mythologie positive, càd que je véhicule une assurance qui concourt à mon charisme.

En cas de désalignement, je diffuserai quand même une mythologie, mais je n'aurais pas de contrôle sur elle, elle sera soumis à la subjectivité du public, et pourra être négative.


Pour préparer une PPP, voici une démarche payante:


  1. Qu'est ce que je veux véhiculer comme message? En gros: Si un membre du public devait raconter en 3 phrases ce que j'ai dit à son conjoint le soir, qu'est ce que j'ai envie qu'il raconte ?
  2. Quel est la posture oratoire la plus utile au public et à mon message?
  3. Quel est mon niveau d'énergie, motivation, plaisir, par rapport à cette posture (Si l'étape d'Acceptation est naturelle; BANCO. Si elle ne l'est pas, le "fun to fail" de l'impro, la posture d'utilité devrait lever certains freins. Si l'inconfort est lié à valeurs personnelles (Ex: faire l'expert reviendrait à mentir car je ne crois pas moi-même aux données que j'apporte), là je dois prendre une décision pour éventuellement changer mon message et revenir à l'étape 1.
  4. Je prépare ma présentation en fonction des trois 1ères étapes: slides, anecdotes, chiffres, exemples et métaphores, etc.



Cette checklist de préparation diminue considérablement les risques de véhiculer une mythologie négative, elle pousse à l'alignement, à la cohérence, et donc au charisme.

Atelier #1 - 17/03/2014 : Adaptation à l'autre et lâcher prise

Echauffement:

- Marche

- Pif/paf/pouf

- Lettres à 2

- Photos avec explication du AAA


Exercices d'adaptation à l'autre:

- Le déménageur (associer l'urgence de se retrouver "sans maison" au calme)

- Départs d'impro: camper un personnage, et trouver un lieu qui inclut l'autre


Exercices sur le lâcher prise: escalade

- Phrases applaudies en cercle => pas d'erreur possible donc pas de freins au lâcher prise

- Machine à mot: déclamer un mot

- Associations d'idées, simple puis double

- Qu'est ce que tu fais?

- Rimes

- Pourquoi la chouette est bleue? Question décalée et réponses plein d'assurance

- C'est l'histoire d'un clown: cacophonie dans laquelle on doit rester centré sur le public


Ce que l'on retient:


  • Le triple A ou la démarche de l'improvisateur:
- Je commence par Analyser sans penser à agir

- Puis j'accepte: je fais le deuil de la situation idéale et je vais puiser l’énergie et le plaisir pour optimiser ce qui existe

- Je m'adapte en cherchant à être utile


Plus je cherche, moins je trouve! Plus je me décontracte et accepte de me lancer sans savoir où je vais, et plus les idées sortent d'elles mêmes.

Face à l’inconfort (externe ou interne), il y a 2 possibilités: la sécurisation (posture fermée), ou le lâcher prise (posture ouverte).

Le jugement et le rapport à l'erreur encouragent la posture fermée. Le plaisir, le "fun to fail" et l'envie d'être utile encourage la posture ouverte.

Le lâcher prise est un pari, mais dès qu'on y entre, on active de nouvelles ressources (cerveau droit).


Outil du jour : Le modèle de Jung

Cf vidéo ci dessous ou lien: http://youtu.be/FDNUaCx5t4c


Même si on a une couleur "dominante", on possède tous une part de Rouge, de Vert, de Bleu et de Jaune. Et on jongle avec en fonction des situations, de l'enjeu, et du stress notamment.

Le but de l"Analyse" est de découvrir dans quel mode est mon interlocuteur au moment où je lui parle, et pas en général.

C'est qui différencie les approches structurales (qui cherchent à comprendre la structure de la personnalité), des approches fonctionnelles (qui cherchent à comprendre ce que ressent une personne à un moment T).

Dans cet atelier, on s'attachera uniquement à l'aspect fonctionnel des choses. Si les approches structurales vous intéressent, je vous conseillerai des lectures et on pourra en discuter.



En bonus: 2 autres vidéos en lien avec notre sujet:

http://youtu.be/0IP3tt9zzMA sur les tests de personnalité

http://youtu.be/ioAbiJI6QK0 sur la différence cerveau droit / gauche


Pour ceux qui veulent creuser:

- Un article sur les différents modèles de personnalités

http://www.charisme-durable.fr/content/dans-la-jungle-de-jung

- Un autre sur les 4 couleurs:

http://www.charisme-durable.fr/content/les-4-moteurs-de-personnalit%C3%A9

Etes vous un rouge, un jaune, un bleu, un vert ? - Charisme Durable
Cerveau droit, cerveau gauche, est-ce la même chose ? - Charisme Durable
D'où viennent les tests de personnalité ? - Charisme Durable
Big image

Le mode Imposition :

Le management par l’imposition convient à des situations d’urgence et/ou de gravité. Le chef a les pleins pouvoirs et son équipe exécute (et fissa !) ce qu’il ordonne. Ce mode de management a de nombreux avantages : il permet de maîtriser rapidement (si le manager sait où il va !) des situations courtes dans le temps et est confortable pour les collaborateurs qui n’ont pas d’initiatives à prendre, pas de responsabilités, et n’ont à mettre en œuvre que des processus ou expertises parfaitement connus… Mais attention, parce que des collaborateurs qui ne réfléchissent pas sont des collaborateurs qui ne verront pas plus loin que le bout de leur nez. Tout repose donc sur les épaules du manager et sur ses décisions.


Le mode Négociation :

Le management par la négociation convient à des situations qui pourraient devenir conflictuelles et où les collaborateurs ont besoin d’un débat dépassionné et équitable. Il s’inscrit dans la recherche d’une solution profitable à tous, et n’a pas peur de la complexité. De ce fait, il favorise les échanges et l’implication en créant des relations riches et fructueuses. Mais attention, négocier prend du temps et l’issu reste incertaine… Et pour peu qu’il y ait des indécis parmi les collaborateurs…


Le mode Animation :

Le management par l’animation favorise l’enthousiasme puisque seuls ceux qui sont partants s’engagent. « Qui m’aime me suive ! » Ce mode de management est parfait pour des situations où l’on cherche à relever ensemble un défi, à mener à bien un projet où esprit d’équipe et relations de confiance vont de pair. On peut même aller jusqu’à dire qu’il favorise l’implication et la créativité ! Mais attention, il peut conduire à un affaiblissement de l’esprit critique (encore appelé « la tête dans le guidon ») et développer un esprit de clan.


L’enjeu :

Chacun d’entre nous a un mode de management dans lequel il est le plus à l’aise. Tout l’enjeu est de travailler les leviers que je dois actionner lorsque je dois appliquer un mode de management qui n’est pas mon mode naturel. Bon courage