L'Irréalité

dimanche 14 novembre

Thématique : Connexion, déconnexion

par Anne-Caroline Paucot

Ma ville déconnectée

Les déconnectés anonymes prônent la déconnexion comme moyen de partager et créer des liens.


« Déconnectez-vous pour mieux vous connecter» est le slogan des déconnectés anonymes. Matéo Rubens, son animateur, considère que les lunettes ou lentilles augmentées sont des artefacts réducteurs : « Les vendeurs de promenades virtuelles nous ventent la richesse de la ville augmentée alors qu’elle l’appauvrit. En surlignant des éléments de la ville comme une curiosité historique, ils focalisent notre attention sur des détails. Les promeneurs voient le monde qui les entoure par le prisme de ceux qui ont des intérêts marchands. Ils occultent alors des aspects de la ville qui inciteraient à la création ou simplement à la rêverie. », dit-il en s’inquiétant de la multiplication des parcours sponsorisés par les marques. « Coca ou Mac Do proposent des parcours ludiques qui conditionnent les plus jeunes et les incitent à consommer. » Il s’affole aussi de leur perversité : « Ils vous font courir pendant 20 minutes dans la ville afin d’éliminer avant de vous reconstituer en investissant dans leurs enseignes. »


L’autre inconvénient de ces gadgets est l’impossibilité de partager: « Comment peut-on vivre ensemble, c’est-à-dire confronter et partager nos idées si nous ne vivons pas dans la même réalité », dit Mathéo. Avec la réalité augmentée, il n’y a plus ce substrat commun nécessaire à l’échange. « La technologie a brisé le ciment sociétal. Il n’existe plus que des réels individualisés. » La technologie a pour lui renforcé ce qui existait déjà : « Nous ne voyons pas la même réalité. Chacun voit jusque ce qui fait sens pour lui. Mais, nous sommes maintenant manipulés. En orientant notre vision, nous sommes devenus des marionnettes et nous tirons plus les fils qui pouvaient nous attirer vers l’autre. »

Tout le dossier Réalité Augmentée sur inriality.fr