Brendan Clouthier : Portfolio

Tâche sommative - Cours de QA Enseignement religieux 2015

Merci pour avoir visité mon portfolio élèctronique.


Ce portfolio réponds aux attentes de cours pour le cours de qualification additionnelle en enseignement religieux (partie 1) pour les enseignant(e)s dans la belle province de l'Ontario.

Des symboles de ma foi.

Big image

Mission des écoles catholiques (C'est quoi au juste?)

À mon avis, les écoles francophones catholiques offrent un atout que d'autres écoles. Nous sommes évidamment francophone, mais aussi nous offront un environment d'apprentissage ou la foi joue un rôle très important. Tous que nous faissons dans nos salle de classe est supposé être un reflèt de nos valeurs comme catholiques. Moi, dans les classe auxquelles j'enseignes j'aime vraiement avoir la chance de faire des prières dirigés avec les groupes classes. Faire une prière à l'heure du midi ou en début ou en fin de journée est une excellente façon selon moi de se rapprocher de sa foi et d'introduire vos élèves à faire des prières collectifs.


Vraiement, nous sommes (comme éducateurs) un co-enseignant de la foi dans les vie de nos élèves et de nos étudiants. La famille, l'église, la communauté et l'école font partie de la vécu religieuse chez l'élève. Évidemment, nous devons ouvrir nos écoles aux élèves du monde entier, mais les valeurs catholique vont être suivi et promouvu. Une de nos forces comme institution est que nous avons dans nos écoles (particulièrement à Windsor) des cultures différentes qui vivent en harmonie et respèct la foi catholique. Nous pouvons célébrer ensemble.


Des répliques étoilés des mes collègues qui sont des étoiles :

- Le vecu de l'eleve est ce qui influence son developpement le plus. (Rachelle)

- Nous sommes définitivement des co-enseignants de la foi. (Lauren)

- ...la prière est un le pain qui, lui est le symbole de la force. (Dada)

- La religion devrait être célébrée. (Lauren)

Voici un nuage de mots que mes collègues ont créer.

Big image

Des idées en 3e année.

Je trouve que l'idée des prières collectif est très important. Dans mes classe de 3e années j'ai introduit au début de l'année une boîte à prières pour donner la chance aux élèves de partagé leurs intentions. L'idée de créer un climat de prière est très important. Les élèves apprennent des formule de prière et aussi l'enseignant pourra apprendre plus au sujet de ses élèves. Je fais souvent l'activité de partagé nos intentions de prières en grand groupe assis sur le tapis en 3e.

Selon des évèques catholiques...

A) La croyance existent, selon Père Vézina, au niveau du coeur comme intuition. Bien sûr qu'on peut étudier les textes bibliques et la recherche théologique, il faut avoir une une foi qui transcende l'intellectualisme religieuse. Avoir la foi en Dieu exige de croire en quelque chose improuvable, ce qui n'est pas toujours facile.

Croire c'est important pour Père Vézina, il nous illustre cela en se servant du décès de son père comme exemple. Il y a des moments dans ma vie ou j'ai senti la présence du saint-esprit et des moments ou je ne lui sentais point.


B) Comme le Père Vézina, Père Groleau, débute son article avec l'idée que la croyance en Dieu est une croyance dans un "plus" qui n'est pas facile à voir. Certaines personnes ont un besoin d'avoir des preuves empiriques pour pouvoir cheminé leurs croyances. D'autres se basent sur les expériences des autres ou leurs sentiments emotionnelles. Père utilise aussi la métaphore de la flamme comme symbole de l'existance de Dieu. L'image de la flamme et du feu est tous partout dans la Bible et dans l'Église de nos jours. Je me suis senti en présence de Dieu quand j'assiste aux cérémonies de flamme. Là ou la lumière est partagé d'une chandelle à un autre pour illuminée une salle et sentir la présence de Dieu. Je recommande cette expérience à n'importe qui qui s'intéressent.


C) Si je comprends bien Abbé Gosselin, la foi qui effectue certaines changements. Moi, qui a grandis avec la foi catholique, je n'ai point questionné le dogme de l'Église. En grandissant, comme ado j'ai commencé à m'intéroger et à questionner les adultes croyant et non-croyant autour de moi. Comme adulte je trouve que nous avons tendances à vouloir intellectualiser les choses et à les compliqué à bout.

Dans les temps de difficulté personnelle, exemple : un décès ou problème médicale, c'est plus difficile pour certains de voir un Dieu juste et bon qui fait partie de leur équipe.

Père Sauvé lui, parle de quatre "P" très important pour la foi. Selon lui, la prière, le partage, la paix et le pardon sont les piliers de la foi catholique. On nous parle souvent du thème de suivre Jésus, de vivre comme Jésus, suivre ses valeurs et agir de bonne main. Donc, il faut faire des essayer et partager la joie avec d'autres. Dans le cadre de l'enseignement, nous pouvons partagés cette joie avec nos élèves et nos étudiants.

La technopédagogie... ça bouge.

J’ai choisi deux ressources pour appuyer mon enseignement. La première est la revue Tournesol : http://www.tournesol.ch/mots_de_la-bible_de_a_a-z et dans la section Mots de la Bible de A à Z. Pour appuyez les efforts en littératie, une idée serait de donner aux élèves un mot propre à la Bible. Comme départ, ils cherchent (à l’ordinateur ou dans un dictionnaire) la définition de ce mot. Par la suite, les élèves visitent le site Internet de la Bible gratuite à http://resume.bible.free.fr/ancientestament.html. Leur tâche première est de retrouver leur mot dans un des textes bibliques. Ils vont ensuite lire leur texte assigné et expliquer au groupe-classe en grand groupe. C’est une petite recherche qui leur engage et ils apprennent de nouveaux mots en même temps.


Enfin, les élèves pourront faire un lien entre le récit étudié et leur vie (vécu) personnelle.

Cette activité pédagogie est en lien avec le contenu d’apprentissage pour la 3e année scolaire. Elle se trouve à la page 36 du programme-cadre en enseignement religieux.


Les attentes sont sous la rubrique :


1. Bible :

1.2 raconter des récits bibliques et ;

1.3 démontrer la pertinence des textes bibliques aujourd’hui.

Deuil et perte

J’enseigne cette année surtout au primaire (en maternelle-jardin et en 1re en ALF). J’ai choisi ce cycle parce que je ne m’imagine pas pouvoir bien aborder le sujet de la mort (ou du deuil) avec des élèves jeunes. Je comprends que, comme dit la ressource, les élèves aux préscolaires ne voileraient peut-être pas l’impact de la perte d’un membre de leur famille.


Pendant mon séjour comme suppléant, il m’était arrivé une journée de rencontrer une jeune fille en 1re année qui avait une photo d’un homme entre ses mains. En me montrant la photo, elle me dit, « Voici mon père. Il est décédé il y a deux mois. » Elle me raconte cela avec un sourire et elle remet sa photo de son père dans ses pupitre et sorte pour la récréation de l’après-midi en sautillant dans le corridor. Cette interaction m’avait choqué profondément. Un de mes collègues de travail m’a dû expliquer que oui, malheureusement, cette jeune avait perdu son père. Ce n’est pas que je ne l’avais pas cru, au contraire. Mais la façon dont elle m’a raconté cela d’une manière aisée était choquante.


L’activité proposer dans le document perte, deuil et renouveau me semble très bien planifier pour des jeunes de 4 , 5 et 6 ans. À la page 24, ils expliquent l’activité. Grosso modo, en se servant de la métaphore des changements naturels (dans l’environnement comme les saisons) des changements comme avoir un nouvel enseignant. De là, il faut faire le lien avec la perte ou la mort. Tu pourrais te servir d’un livre sur la mort, ou le divorce, etc. Il ne faut pas être peur de parlé de la mort, les petits comprendront à un certain point et à leur propre rythme. Comme dit le document perte : « La mort est un des changements qui touche toutes les êtres vivants et les choses. ». Nous pourrons aussi discuté de gens malades et comment nous pouvons les aidés.

Ensemble, nous avons créer un tableau de textes bibliques divisé en genres. Nous étions en groupe.
Big image

Merci beaucoup!