Le développement durable

C'est quoi?

Le développement durable comprend 3 grandes catégories qui se divisent ensuite en 3 sous-catégories. L’environnement, l’économie, et l’aspect social sont les domaines principaux. Le domaine d’environnement vise à assurer une exploitation durable de ressources naturelles, économiser les ressources d’eau, et réserver et diversifier les sources d’énergie. Ses sous catégories sont, la capacité d’être vivable, en lien avec l’aspect social, et la viabilité, en lien avec la catégorie d’économie. Le secteur économique a pour but de promouvoir la création de richesses, la mondialisation, et valoriser la production équitable. En plus de ses sous-catégories de viabilité, il a lien aussi avec l’équité. L’aspect social est d’améliorer le niveau de vie dans chaque secteur. Il a deux sous catégories de capacité d’être vivable et l’équité. La capacité d’être vivable assure un environnement supportable à nos besoins, la viabilité support le progrès et l’habilité de continuer à exister, et l’équité a pour but de voir à que les droits des personnes sont respectés. En court, le développement durable peut être défini comme : «un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la possibilité, pour les générations à venir, de pouvoir répondre à leurs propres besoins (1)». Alors, les trois piliers économie, écologie et social on but d’un développement économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable. (2)

Big image

Théories

Quelques théories liées à cet enjeu sont, l’équité horizontale, le principe de libéralisme, le progressisme, et la théorie anti-oppressive. Premièrement, l’équité horizontale vise à redistribuer les ressources nécessaires de manière égale pour besoin égal. Ceci a lien avec le développement durable puisque pareil, ils ont objectif d’assurer une égalité et stabilité de ressources universelles. Que ce soit l’accès aux services, ou avoir certains droits et obligations, certaines hypothèques que le développement durable est inspiré par cette théorie. Deuxièmement, le libéralisme est un principe qui assure la liberté, met en valeur la responsabilité individuelle, et garde dans ses intentions l’intérêt global. Avec ces concepts, le développement durable a lien par le vouloir de mettre en place des meilleures méthodes et systèmes plus efficace et durable aux demandes de nos sociétés. Le progressisme a but de voir à ce que tout avancement est accompli pour assurer une plus grande justice sociale et l’amélioration des conditions de vie. Le développement durable a donc lien par ses principes innovateurs de nouvelles réformes d’avancements dans les secteurs de conservation d’énergie, amélioration de conditions de vie, et tout autre. La théorie anti-oppressive est une tentative d’éliminer la discrimination dans les sociétés, les économies, les cultures, et les groupes. On verrait cette théorie dans cet enjeu spécifiquement dans le domaine social et la sous-catégorie équitable, dont le travail sur la justice et les droits des personnes est en démarche.

Big image

Facteurs individuels et systématique

Des facteurs individuels dans cet enjeu qui perpétue l’iniquité et certaines injustices sociales sont, l’ignorance et l’avare. L’ignorance joue le rôle dans cet enjeu, car ils représentent ceux qui reconnaissent qu’un changement est nécessaire dans notre mode de vie, mais choisie de l’ignorer. Ceci est la réalité d’enjeu comme le développement durable. Plusieurs organismes non gouvernementaux (ONG), certains gouvernements, et autres activistes prennent connaissance et action, mais manque l’appui de la majorité d’une société. Cette société connaît les habitudes et normes dont devront être changé, mais ne veulent pas abandonner la manière qu’ils connaissent depuis longtemps. Par exemple, la pollution, la préservation de la biodiversité, adapter un production et consommation durable, internaliser les coûts, et l’énergie renouvelable sont tous des domaines qui doivent être supporté par une grande population pour avoir un impact satisfaisant aux générations à venir.

Dans le même ordre d’idées, un facteur systématique serait les multinationales qui par leurs produits et/ou leur production, supportent l’iniquité. Par exemple, la pollution industrielle du secteur d’agriculture, d’énergie, etc., et les entreprises qu’utilisent les ateliers de misère. Les pesticides et autres produits toxiques relâcher dans l’atmosphère et nos ruisseaux d’eau sont des causes majoritaires de la pollution. Les entreprises qu’utilisent les ateliers de misère contribuent au cycle d’injustices sociales par motivateurs de pauvreté et la négligence des droits de la personne. De plus, les gouvernements qui ne direct aucun loi, législation, ou mouvement pour contribuer au développement durable sont problématique aussi. Pour atteindre les buts mis en place par plusieurs conférences mondiales, notamment la conférence de Rio 2012 sur le développement durable, faut toute, prendre part. Sur ce plan, l'Union européenne se place au premier rang par l'adoption de mesures relatives aux économies d'énergie et à la protection de l'environnement en réduisant notamment la pollution atmosphérique(3). Bien entendue que les pays défavorisés ne peuvent contribuer de manière suffis comme celle des pays déjà développer, le développement durable concerne leur développement et future aussi.
Big image

Rapports de force

Quelques rapports de force sont le changement climatique, les nouveaux virus et la technologie avancée. Premièrement, le changement climatique affecte les vies de plus en plus. On voit des sécheresses et inondations dans des endroits qu’il il n’y a jamais eu, des catastrophes naturelles se produit plus souvent et violemment, et tous des espèces d’animaux deviennent instinct. C’est vastes changements affectent, l’agriculture, l’habitat et la vie d’animaux, et évidemment la manière dont des populations gagne (ou perdre) leur vie. Depuis de vastes changements climatiques dans les années dernières, internationalement, les pays savent que des changements de durabilité dans la manière quotidienne de toute société sont nécessaires. De plus, de nouveaux virus plus contagieux et mortel sont maintenant communs. Dans les années les plus récentes, virus Zika, le virus Ebola, le syndrome respiratoire Moyen-Orient (MERS) de coronavirus, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) coronavirus, le virus Nipah, Hendra virus, la grippe aviaire, et swineflu sont les épidémies les plus vues. La surpopulation, le changement climatique, la déforestation et la perte d’écosystèmes, le voyage augmenté, et le commerce mondial de la faune et la production d'animaux pour l'alimentation sont quelque cause de ses épidémies. Tandis que, grâce au nouvel avancement technologique, nous avons des moyens plus vite, précis et efficace pour régler ses virus répandus. La nanotechnologie et la biotechnologie sont deux exemples concrets. La nanotechnologie est la recherche sur les principes et propriétés existant à l'échelle nanométrique, c'est-à-dire au niveau des atomes et des molécules(4), et la biotechnologie est l’ensemble des méthodes et des techniques qui utilisent comme outils des organismes vivants (cellules animales et végétales, microorganismes…) ou des parties de ceux-ci (gènes, enzymes …) qui permettent la mise au point et le développement de nouveaux produits pour la santé de l’Homme, pour la qualité et la sécurité de son alimentation, et pour la protection de son environnement (5). Tous les deux utilisent la robotique et favorise une progression ultime.

Stéréotypes et préjuger

Certains stéréotypes et préjuger qu’entourent le développement durable ont rapport avec la destruction de l’environnement, la modernité qui efface la culture, et que seules les grandes multinationales ont pouvoir d’avoir un impact dans cet enjeu. Cependant, ces préjugés opposent complètement la morale du développement durable. Premièrement, plusieurs croient que le terme de développement dans cet enjeu est du sens de mass destruction d’environnement pour urbaniser. Tandis que, le développement durable opte pour une protection et conservation totale de l’environnement. Que ce soit par protégé des écosystèmes et leur biodiversité, ou l’érosion du sol l’environnement est un atout pour cet enjeu. Deuxièmement, le stéréotype de développement dans des pays sous-développés est qu’il enlèverait la culture et les traditions des sociétés qui subissent la modernisation du développement durable. Cependant, l’aspect social et économique promeut tous droits de personnes et n’a aucune intention d’enlever l’identité culturelle. De plus, plusieurs pensent qu’ils n’ont aucun contrôle dans un si grand avancement du type de cet enjeu, et que seules les multinationales ont pouvoir d’avoir un impact remarquable. La réalité est que sans l’influence et le support d’une grande partie de la population les gouvernements et multinationales ne seront pas en vigueur de passé des lois ou changer leur processus.

Big image

L'influence des médias

L’influence des médias provient surtout d’organismes non gouvernementaux (ONG) et d’activiste. C’est par ces groupes que des changements sociaux évolutif et soutenable aux demandes d’aujourd’hui et demain proviennent. Les ONG telles que l’Organisation des Nations Unies (ONU), Oxfam, Greenpeace, Oceana, et plusieurs autres mets en vigueur des campagnes de sensibilisation pour des domaines correspondant et direct au domaine du développement durable. Par exemple, l’ONU a un programme continuel de développement durable qui depuis qu’il y a deux décennies à grandement contribuer à la réduction du taux d’extrême pauvreté qui était, 40% et est aujourd’hui moins de 10%. De plus, il y a des milliers d’activistes qui luttent pour les mêmes buts. Les campagnes de sensibilisation, publicités, discours, et dénégation ont énorme influence sur l’opinion publique.

Incidences économiques et environnemental

L’incidence des facteurs économiques sur cet enjeu est au domaine équitable et viable. Ses domaines précis les objectifs, dont cette catégorie, a définitions et est relié, dont le commerce équitable et la viabilité, répartir les richesses et les bénéfices de façon plus juste, intégrer le coût social et environnemental dans le prix des produits, et promouvoir les organismes et achats locaux. Ces méthodes reviennent à l’économie circulaire, l’économie de fonctionnalité, et la consommation collaborative. L’économie circulaire a principe de réduire, récupérer, recycler, et réparer au lieu d’augmenter une contribution à la consommation et la production de biens. Ces alternatives requis des changements d’habitudes non seulement la vie personnelle, mais dans des professions et entreprises aussi. L’économie de fonctionnalité est de l’idéologie de payer pour l’usage des biens ou sont service au lieu du bien lui-même. Par exemple, ajuster le prix des biens selon ce qu’ils ont à offrir et non leur qualité. Enfin, la consommation collaborative a morale de partager des ressources par diverse forme d’échange ou styles de vie actuelles(6). Ceci inclut l’échange des biens, le covoiturage, le crowdfunding, et toutes autres actions collaboratives. Ces incidences sont alors éléments clés dans la notion et efficacité de progrès dans cet enjeu et renforcent une croissance économique adaptée et sensibiliser pour les nécessités de notre planète.

Big image

Les incidences au domaine environnemental sont aux catégories viabilité et l’aspect vivable. Ceux-ci ont but de mettre en évidence les ressources naturelles que sont nécessaire, ceux qui ne sont pas, ainsi que leurs impacts. Il comprend donc, l’économisassions et la préservation des ressources naturelles, protéger la biodiversité, éviter les émissions de CO2, et de gérer les déchets. Les buts selon la notion d’économiser et préserver est défini comme, limiter le gaspillage d’eau, énergie, matériaux, et alimentation, utiliser les ressources naturelles de manière optimale, et favoriser les ressources renouvelables et recyclables d’énergie, de végétation, et minière. Protéger la biodiversité a défis d’éviter les produits organismes génétiquement modifié (OGM), et maintenir la variété des espèces animales et végétales pour préserver les écosystèmes. La mission d’éviter les émissions de CO2 se voit dans toutes catégories ; les transports, choisir les services et biens locales, et d’adopter une utilisation de produits selon la saison(7). De plus, puisque ces intercurrentes ont impacts directs au pays développé et au pays non développé, ils favorisent la réduction des inégalités entre pays nord et sud. S’opposer à ces intentions de valoriser les ressources naturelles affecte les niveaux de vie des personnes en pays sous-développé par l’exploitation de ressources et s’arrive au pays développer le même et requis donc un changement majeur dans notre style de vie.

Big image

Historique de l'enjeu

Au passé, les connaissances sur cet enjeu n’étaient pas aussi avancées, le progrès était minime et il n’avait pas plusieurs actions en vigueur pour contribuer au développement durable. Ces seulement assez récemment qu’il y du concerne sur les évènements qu’exploitent l’environnement, et ce sont ces questions que les recherches et données sur divers sujets sont d’origines. Par exemple, prenons l’agriculture animale, la raison principale pour le changement climatique, la destruction des forêts tropicales, la consommation d’eau, la pollution d’eau, la famine mondiale, l’extinction de la faune, et l’utilisation des terres(8). L’agriculture animale étant pratiquée pour des milliers d’années a évidemment surpassé son efficacité dans la société. Il y a aujourd’hui certaines lois, législations et mouvements en vigueur, mais pour effacer la marque de cette pratique faudrait convertir la majorité de la population mondiale à une diète végétalienne qui partage les mêmes idéologies que support le développement durable. La première journée de la terre était célébrée en 1970 aux États-Unis(9). Il est origine de personnalité célèbres comme Jerry Rubin, des recherches qui font lien avec la pollution et la santé, et l’idéologie que les ressources naturelles ne sont pas infinie. À ce temps, la société n’était pas concernée avec la santé environnementale comme le prouvaient les entreprises polluantes et le style de vie de plusieurs. Par 1990 plus de 141 pays participaient aux célébrations de la journée de la terre et est suivie de conférences diriger par les Nations Unies sur les défis à surmonter en lieu de développement durable.

Big image

Personnages et organisations impliquées

Quelques personnages activistes dans cet enjeu sont David Suzuki et Leonardo Dicaprio. David Suzuki est un acteur d’activisme pour la protection et la valorisation de l’environnement. Ces concernes principaux sont dans les domaines de changements climatiques, la conservation terrestre, et protéger les océans et les eaux douces. Avec des discours et campagne de sensibilisation Suzuki réussie à avoir l’attention des médias et promettre la réalité des enjeux qui nuit à notre environnement. Il offre aussi des méthodes alternatives conscientes à l’environnement pour des entreprises. Leonardo Dicaprio avec les mêmes buts, travaille dans plus de 40 pays, a plus 70 projets, et a au-delà de 65 partenariats. Son travail dans ce domaine et ses postes comme messager pour la paix du climat des Nations Unies ont grandement contribué au progrès des projets mis en vigueur et supporté par sa fondation.

Des organismes impliqués dans l’enjeu sont World Wild life Fund (WWF), Oxfam, Greenpeace, et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science, et la culture (UNESCO). WWF a récemment lancé une campagne de sensibilisation appelée une planète pour tous. Cette campagne concentre sur la protection de 6 animaux priorité ; le requin, le tigre, les ours polaires, le narval, le caribou et la baleine boréale. Il met en évidence l’égalité nécessaire entre humains et animale. De plus, il précise l’importance de maintenir les animaux en danger et leur protéger. Oxfam a mission de développement à long terme. Cette mission a objectifs qui se relie plus dans le domaine social que ceux précédant. Il a but de trouver des solutions pratiques aidées les individus à s'extraire de la pauvreté et à s'épanouir(10). Il supporte les droits égaux entre sexes, soutient des écoles, améliore l’accès aux soins de santé, et influence des changements politiques. Spécifiquement au pays non développé ils améliorent les conditions de vie de plusieurs. Greenpeace est une ONG multidimensionnelle. Il travaille en effort avec le changement climatique, la déforestation, conserver la biodiversité, les enjeux alimentaires qui ont impacts sur l’environnement (ex ; l’agriculture animale), l’enlèvement dans la fabrication et la production de produits chimiques dans des biens et la nourriture, régler les déchets nucléaires, et promettre la paix et le désarmement. Ces domaines dont Greenpeace promeut influencent les politiques et la population à prendre action. Ils concernent aussi non seulement des aspects environnementaux, mais la vie de personnes même et a impact alors au domaine social et économique. UNESCO a objectif primordiale au sujet du développement durable d’éduquer des gens. Leurs éléments en évidence sont dans la protection de la biodiversité, le changement climatique, la prévention des catastrophes naturelles, la diversité culturelle, réduire la pauvreté, promouvoir la santé, le bien-être, et les modes de vie durable, la paix et la sécurité, l’eau potable, et l’urbanisation durable. Cet organisme couvre évidemment tout domaine déjà mentionné, mais aborde plus. Des années de ses missions innovaient et ambitieux nous ont mis où qu’on est aujourd’hui en contexte des avancements relié au développement durable.

Big image

Lois et législations

Au Canada, il existe la Loi fédérale sur le développement durable. Cette loi commencée en 2008 est révisée à chaque 3 années pour cibler les objectifs nécessaires en considérant les conformes au Programme 2030(11). Le conseil qui rend les décisions par rapport à cette loi est parmi des représentants de peuples autochtones, des ONG, des organisations du milieu des affaires, et des syndicats. Le principe fondamental de cette loi est ; «(…) selon lequel le développement durable est fondé sur l’utilisation écologiquement rationnelle des ressources naturelles, sociales et économiques et reconnaît la nécessité de prendre ses décisions en tenant compte des facteurs environnementaux, économiques et sociaux(12).» En termes d’accord international, l’Agenda 21, créé durant la Sommet de la Terre en 1992, donne aperçu d’amélioration pressant pour le 21e siècle. Il comprend 2 500 recommandations faites à la communauté internationale. Dix ans plus tard, le Sommet de Johannesburg par les Nations Unies a adopté une Déclaration politique et un Plan de mise en œuvre de dispositions qui portent sur un ensemble d'activités et de mesures à prendre afin de réussir à un développement qui tient compte du respect de l'environnement(13). La participation de plus d'une centaine de chefs d'État, de gouvernement et de plusieurs dizaines de milliers de représentants gouvernementaux et d'organisations non gouvernementales, ce sommet est fini par des décisions portant sur l'eau, l'énergie, la santé, l'agriculture et la diversité biologique(14).

Big image

Sources

« Développement durable » (Page consultée le 15 mars 2016) Encyclopédie Larousse

http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/d%C3%A9veloppement_durable/185976

« Définition de développement durable » (Page consultée le 15 mars 2016) La toupie

http://www.toupie.org/Dictionnaire/Developpement_durable.htm

« Développement durable » (Page consultée le 15 mars 2016) Institut nationale de la statistique et des études économiques

http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/developpement-durable.htm

« Loi sur le développement durable » (Page consultée le 17 mars 2016) Développement durable, Environnement et parcs Québec

http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/developpement/principes.pdf

« Les principales causes de pollution » (Page consultée le 17 mars 2016) Universalis

http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution/3-les-principales-causes-de-pollution/

« La mise en œuvre du développement durable » (Page consultée le 17 mars 2016) Larousse

http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/d%C3%A9veloppement_durable/185976

« Les enjeux du développement durable » (Page consultée le 17 mars 2016) Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-enjeux-du-developpement,15068.html

« Why Are We Seeing an Explosion of New Viruses Like Zika? » (Page consultee le 17 mars 2016) Huffington Post World economic forum

http://www.huffingtonpost.com/aysha-akhtar/why-are-we-seeing-an-expl_b_9120490.html

« Nanotechnologie » (Page consultée le 17 mars 2016) Actu Environnement

http://www.actu-environnement.com/ae/dictionnaire_environnement/definition/nanotechnologie.php4

« Définitions des Biotechnologies » (Page consultée le 17 mars 2016) European Federation of Biotechnologies

http://www.nettyconcept.com/pdf/DefinitionsDesBiotechnologies.pdf

« Promote Sustainable Development » (Page consultée le 19 mars) United Nations

http://www.un.org/en/sections/what-we-do/promote-sustainable-development/index.html

« World Bank Forecasts Global Poverty to Fall Below 10% for First Time; Major Hurdles Remain in Goal to End Poverty by 2030 » (Page consultée le 19 mars) World Bank

http://www.worldbank.org/en/news/press-release/2015/10/04/world-bank-forecasts-global-poverty-to-fall-below-10-for-first-time-major-hurdles-remain-in-goal-to-end-poverty-by-2030

« Durable- viable, vivable, équitable » (Page consulté le 28 avril 2016) Société d’aide au développement de la collectivité de d’Autray-Joliette

http://www.sadc-autray.qc.ca/wp-content/uploads/2013/04/InfoDD2_Domaines-et-interfaces.pdf

«Tour d’horizon des enjeux des 3 piliers du développement durable » (Page consulté le 28 avril 2016) 3.0 Qu’est-ce que le DD

http://www.3-0.fr/doc-dd/qu-est-ce-que-le-dd/tour-d-horizon-des-enjeux-des-3-piliers-du-developpement-durable#Promouvoir une économie responsable

« Raising animals for food is responsible for: » (Page consulté le 28 avril 2016) Cowspiracy

http://www.cowspiracy.com/

«Sustainable Agriculture: Definitions and Terms» (Page consulté le 28 avril 2016) United States Department of Agriculture, Library of sustainability

http://afsic.nal.usda.gov/sustainable-agriculture-definitions-and-terms-1#toc2

« The history of earth day» (Page consulté le 28 avril 2016) Earth day Network

http://www.earthday.org/about/the-history-of-earth-day/

« Champs d’intervention » (Page consulté le 28 avril 2016) Fondation David Suzuki

http://www.davidsuzuki.org/fr/champs-dintervention/

«Core areas of focus» (Page consulté le 28 avril 2016) Leonardo Dicaprio Fondation

http://leonardodicaprio.org/about/

«Développement à long terme» (Page consulté le 28 avril 2016) Oxfam

https://www.oxfam.org/fr/developpement-long-terme

«What we do: The issues we work on» (Page consulté le 28 avril 2016) Greenpeace

http://www.greenpeace.org/international/en/campaigns/

« L’éducation au développement durable » (Page consulté le 28 avril 2016) l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science, et la culture (UNESCO)

http://www.unesco.org/new/fr/education/themes/leading-the-international-agenda/education-for-sustainable-development/

« Environnement et changement climatique Canada» (Page consulté le 29 avril 2016) Gouvernement du Canada

https://ec.gc.ca/dd-sd/default.asp?lang=Fr&n=C2844D2D-1

«Loi fédérale sur le développement durable L.C. 2008, ch. 33» (Page consulté le 29 avril 2016) Gouvernement du Canada

http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/F-8.6/page-1.html#h-5

« Sommet de Johannesburg 2002» (Page consulté le 29 avril 2016) Site officiel des Nations Unies sur le Sommet de Johannesburg 2002 Sommet mondial sur le développement durable

http://www.un.org/french/events/wssd/