CDM Loire Atlantique

LOM-lettre avril-mai 2019

Le nouveau site est arrivé

Votre nouveau site internet CDM44.org est maintenant opérationnel, après plusieurs mois de travail. Nouvelles couleurs, nouveau mode d'utilisation, compatible sur téléphones et tablettes.

Les petites annonces modernisées à incrémenter (après avoir validé un login et un mot de passe). Des démarches express facilement accessibles. Enfin un espace formation à nourrir des différentes actions et colloques dont vous aurez connaissance et pour lesquelles l'information à destination de tous les confrères du département serait utile. Un nouvel outils qui ne pourra pas vivre sans vous.

PROJET DE LOI SANTÉ : DES AVANCÉES OBTENUES

Ces dernières semaines, la mobilisation du Conseil national et des conseils départementaux et régionaux de l’Ordre des médecins a permis de porter les préoccupations des médecins à l’Assemblée nationale et de faire adopter des dispositifs qu’ils souhaitaient voir mis en place, notamment dans les domaines de :

    • la démocratie sanitaire : les CPTS seront uniquement créées à l’initiative des territoires et ne seront plus approuvées préalablement par les ARS. Les amendements proposés par l’Ordre ont été repris par les députés, qui ont modifié le projet de loi pour modérer le pouvoir des ARS ;
    • la formation : les effectifs d'étudiants en deuxième ou troisième année de médecine seront désormais déterminés régionalement par les universités, en lien avec les ARS, selon les capacités et les besoins du territoire. La philosophie portée par l’institution en faveur d’une plus grande territorialisation des études s’est imposée parmi les députés ;
    • le numérique en santé : la nécessaire protection des données de santé a été largement avalisée par les membres de l’Assemblée nationale, qui ont même instauré une interdiction de cession de celles-ci aux organismes complémentaires.
Dans la perspective de l’examen du projet de loi au Sénat, la pleine mobilisation de l’institution sera essentielle pour que la chambre haute, d’une part, ne revienne pas sur les avancées acquises à l’Assemblée nationale et, d’autre part, défende des principes fondamentaux de la profession médicale, notamment ceux concernant la liberté d’installation.

Enquête sur les déterminants à l’installation (11 avril 2019)

Communiqué commun du Conseil national de l'Ordre des médecins et de la Commission jeunes médecins


Enquête sur les déterminants à l’installation : des freins à lever pour accompagner les internes et jeunes médecins à exercer dans les territoires

Alors que la santé et les problématiques d’accès aux soins se sont imposées comme préoccupation majeure des Français dans le cadre du Grand débat national, la commission jeunes médecins du CNOM, composée des structures représentatives des étudiants, internes et jeunes médecins (ANEMF, ISNI, ISNAR-IMG, ReAGJIR, SNJMG, JEUNES MEDECINS ISNCCA, SIHP et SNJAR) et de conseillers nationaux, publie une vaste enquête sur les déterminants à l’installation.

Il en ressort notamment que le cadre de vie, les conditions d’exercice, le travail en réseau avec d’autres professionnels de santé et, dans une moindre mesure, les aides financières, sont des facteurs-clés pour l’installation des médecins dans les territoires.

La commission jeunes médecins du Conseil national dévoile aujourd’hui les résultats de son enquête sur les déterminants à l’installation pour les internes et jeunes médecins. Lancée début janvier 2019, cette grande étude évalue les conditions de l’exercice professionnel et met en lumière les besoins, attentes et craintes des jeunes et futurs médecins. Au total, plus de 15.300 professionnels y ont répondu, dont 70% de médecins déjà installés, 16% d’internes et 14% de médecins remplaçants.

Un profond décalage entre l’aspiration à s’installer et sa concrétisation

L’étude révèle une véritable aspiration à l’installation en libéral. En effet, 75% des internes envisagent ce mode d’exercice, contre 19% en activité salariée pure. Pourtant, dans les faits, seuls 12% des nouveaux inscrits à l’Ordre des médecins en 2018 exercent en libéral, quand 62% sont salariés. Le nombre de primo-inscrits installés à 5 ans atteint 35%. Ce décalage entre volonté et réalité s’explique par une multitude de facteurs, qui peuvent s’avérer dissuasifs.
Le territoire et la proximité familiale, déterminants majeurs à l’installation

Pour les internes comme pour les médecins remplaçants, l’installation est étroitement liée à la dimension territoriale. Respectivement 62% et 57% d’entre eux considèrent que la qualité des services publics est un facteur essentiel dans leur décision de s’installer dans un territoire. La dimension familiale est également primordiale à leurs yeux, 61% et 60% affirmant que la proximité familiale pèse fortement dans leur choix. Les médecins déjà installés, eux, placent en tête des facteurs favorisant l’installation les services publics, puis les équipements culturels et sportifs, devant les transports. Cette recherche d’un cadre de vie non-isolé est d’autant plus prégnante que les jeunes médecins, lorsqu’ils sont en âge de s’installer vers 30 ans, ont bien souvent une vie de famille, avec conjoint voire enfant(s). 86% des internes ayant un conjoint affirment que ce dernier influence le projet d’installation.

Une attente particulière sur les conditions d’exercice, en lien avec les autres professionnels de santé

L’exercice groupé, dans le cadre d’une activité mixte, libérale en groupe ou en maison de santé pluridisciplinaire, est largement plébiscité par les internes (72%). A l’inverse, l’exercice libéral seul n’est envisagé que par 3% d’entre eux. Outre l’exercice groupé, les jeunes médecins souhaitent pouvoir disposer d’un réseau de professionnels de santé sur le territoire, sur lequel s’appuyer. Un point déterminant pour 81% des internes et 87% des remplaçants.

Enfin, la recherche d’un équilibre vie privée - vie professionnelle est particulièrement saillante chez les internes et remplaçants. Pour respectivement 82% et 87% d’entre eux, les horaires et le rythme de travail ont un impact sur la décision du lieu et du mode d’installation. Chez les médecins installés, cette attente est plus en retrait (46% tout à fait ou plutôt déterminants).

Des aides financières sont estimées importantes, mais pas déterminantes

Enseignement majeur de l’étude, 59% des internes et 43% des remplaçants affirment craindre l’échec économique d’une installation. Face à cette réelle appréhension du risque économique, les aides financières à l’installation sont perçues comme importantes mais pas déterminantes (48% des internes et 47% des remplaçants les considèrent comme peu ou partiellement déterminantes). Les solutions à apporter aux problèmes de démographie médicale dépassent donc largement les mesures financières.

Des pistes claires pour faciliter l’installation des jeunes médecins

Cette étude met clairement en lumière la volonté des jeunes médecins de s’installer en libéral. Pour les aider à passer de l’intention à l’action – sans céder à l’appel des mesures coercitives qui seraient totalement contre-productives –, il convient bien sûr de les accompagner (68% aimeraient pouvoir être guidés par un confrère ou une consœur, 53% par les collectivités territoriales, 48% par l’Ordre des médecins et 47% par l’ARS), mais aussi de leur permettre de travailler en groupe, au sein d’un réseau de professionnels, et dans de bonnes conditions d’exercice. Une formation précoce au management de « l’entreprise médicale », ainsi que l’idée d’un incubateur de projets d’installations mettant à leur disposition toutes les compétences nécessaires, seraient également bénéfiques.

Les résultats de l’enquête démontrent ainsi qu’il est urgent de changer de paradigme : pour les jeunes médecins, il ne suffit plus de s’installer dans un cabinet, mais il s’agit de s’insérer dans un territoire, à l’image des 81% des répondants qui affirment s’être installés après avoir été remplaçants (dont 41% dans le territoire où ils avaient effectué leurs remplacements).


La commission jeunes médecins est rattachée à la section Exercice professionnel du CNOM. Elle est composée d’un Président, le Dr Bruno Boyer, de 8 membres élus par le Conseil national, et de 8 membres de chaque organisation représentative des étudiants en médecine, des internes, des chefs de clinique et des médecins récemment diplômés (ANEMF, ISNI, ISNAR-IMG, ReAGJIR, SNJMG, JEUNES MEDECINS ISNCCA, SIHP et SNJAR). Elle vise à favoriser les échanges et la concertation entre le conseil national et les jeunes médecins.


Résultats de l'enquête

Un nouveau record d’incidents

Observatoire de la sécurité


Le Conseil national de l’Ordre des médecins a publié le 4 avril dernier les résultats de l’Observatoire de la sécurité des médecins pour l’année 2018.


Avec 1 126 déclarations d’incidents, l’année 2018 marque un nouveau record.
C’est 9 % de plus qu’en 2017 où, pour la première fois, la barre symbolique des 1 000 déclarations avait été franchie. Les généralistes sont les médecins les plus affectés : ils sont à l’origine de 70 % des déclarations alors qu’ils représentent 44 % de la population médicale globale. L’Île-de-France (171 déclarations), les Hauts-de-France (162) et l’Occitanie (151) sont les trois régions les plus touchées. Parmi les motifs principalement évoqués par les professionnels pour expliquer ces incidents, 31 % font suite à un reproche relatif à une prise en charge, 17 % à un vol, 16 % à un refus de prescription (de médicament ou de certificat, par exemple), 11 % à un temps d’attente jugé excessif et 11 % à une falsification de document (ordonnance ou certificat, par exemple).
Les médecins victimes d’incidents sont encore peu nombreux à porter plainte, bien que l’Ordre s’associe systématiquement à celles-ci. Ainsi, près d’un quart (23 %)
de ceux qui sont victimes d’agressions physiques n’ont déposé ni plainte ni main courante, une proportion qui monte à 34 % chez les professionnels victimes de vandalisme, et à 69 % chez ceux qui subissent des agressions verbales.
Face à ces constats, l’Ordre demande aux préfets d’accélérer les projets développés aux côtés des conseils départementaux de l’Ordre pour structurer réellement l’action de l’État dans la protection des médecins. Des référents sécurité ont également été nommés dans tous les conseils départementaux de l’Ordre afin de répondre à l’urgence en accompagnant nos confrères. Tous les acteurs doivent poursuivre et approfondir encore leur action commune pour protéger les médecins et les internes.


Intégralité des résultats

0800 288 038

Le numéro unique d’écoute et d’assistance créé par l’Ordre des médecins change et devient le 0800 288 038. Destinés aux médecins et internes
en difficulté ce numéro, joignable tous les jours et 24h/24, offre la possibilité de parler de façon anonyme à un psychologue clinicien ou un interlocuteur spécifiquement formé pour évoquer toute difficulté financière, administrative, juridique ou autre.

2ème journée d’étude de la Société Française de Pédiatrie Médico-Légale

Mardi 18 juin 2019

8H30 - 17H CHU de Nantes Hôpital Mère et Enfant

Amphithéâtre Paul Lemoine Ecole de Sages-Femmes

38 Bd Jean Monnet - 44093 NANTES Cedex 1


Programme et Inscription

Maladies à déclarations obligatoires et Effets indésirables

Des adresses et des numéros utiles.

Sondage ODOXA

L'institut Odoxa, en partenariat avec le groupe Nehs, dont fait partie Le Généraliste, a interrogé les professionnels de santé du 21 février au 14 mars 2019. Le Généraliste du 22 mars dernier présente certains résultats, et notamment sur le sentiment de ne pas être bien représentés et pilotés par les syndicats professionnels, l'Ordre, la CNAM, l'URPS, les ARS, et les Agences (HAS, Santé Publique France, ANAP, etc.). L'Ordre (sans que soit précisé s'il s'agit uniquement de l'Ordre National, des Ordres Départementaux, ou des deux réunis) recueille 41,1% d'avis positifs mais 53,1% d'avis négatifs ; ce n'est pas brillant, mais seuls les syndicats professionnels font un peu mieux, avec 41,9% d'avis positifs et 52,2% d'avis négatifs. Il reste donc du travail à faire pour l'Ordre. À notre niveau nous y travaillons, et envisageons de vous faire découvrir le travail fait par l'ensemble du personnel et des élus de votre Conseil Départemental.

Mise à jour du tableau

MISE A JOUR DU TABLEAU


N° 11787

CHAMPION Pierre

Remplacements de MEDECINE GENERALE


N° 11788

CHANCERELLE Caroline

Remplacements de MEDECINE GENERALE


N° 11790

BERTHIER Emeline

Atlantique Imagerie Médicale

27 rue Octave Feuillet

RADIODIAGNOSTIC ET IMAGERIE MEDICALE

NANTES


N° 11791

BRIAND Agathe

Remplacements de MEDECINE GENERALE


N° 11792

CHAMBET Paul

Remplacements de MEDECINE GENERALE


N° 11793

DELFORGE Xavier

Hôpital Mère Enfant

38 Bd Jean Monnet

CHIRURGIE INFANTILE

NANTES


N° 11794

DEPOUTOT Elisabeth

Remplacements de MEDECINE GENERALE


N° 11795

DROUIN Thierry

Remplacements de MEDECINE GENERALE


N° 11796

GACHIE Eva

CHU – Hôtel Dieu

1, Place Alexis Ricordeau

CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE

NANTES


N° 11797

GUIRETTE Charline

Remplacements de PSYCHIATRIE


N° 11789

HADDARA Samir

SANTE-ATLANTIQUE

Avenue Claude Bernard

GASTRO-ENTEROLOGIE ET HEPATOLOGIE

SAINT-HERBLAIN


N° 11798

MANSOUR Robert

CHU – Hôtel Dieu

1, Place Alexis Ricordeau

BIOLOGIE MEDICALE

NANTES


N° 11799

MILITAO FERNANDES José Paulo

Clinique Sainte Marie

9, rue de Verdun

ANESTHESIE-REANIMATION

CHATEAUBRIANT


N° 11800

KROSSA Fawzi

Clinique Ste Marie

9 rue de verdun

CHIRURGIE GENERALE

CHATEAUBRIANT


N° 11801

CHUPIN Delphine

EFS St Nazaire

11 Bd Georges Charpak

MEDECINE GENERALE

SAINT-NAZAIRE


N° 11802

FISSELLIER Matthieu

3 Rue Eric Tabarly

NEUROLOGIE

NANTES


N° 11803

KAHOUADJI Eric

192 route Côte d’Amour

STOMATOLOGIE

SAINT-NAZAIRE


N° 11804

POLAT Alice

Remplacements de DERMATOLOGIE VENEREOLOGIE


N° 11805

BROSSARD Dorothée

4 B rue de la ruche

MEDECINE GENERALE

ASSERAC


N° 11806

LE HOANGAN Camille

Remplacements de MEDECINE GENERALE


N° 11807

MIGLIORINI Tiphaine

Remplacements de MEDECINE GENERALE


N° 11808

TIRILLY Pierre-Simon

Remplacements de MEDECINE GENERALE



QUALIFICATION EN SPECIALITE



N° 11787

CHAMPION Pierre

MEDECINE GENERALE

D.E.S ANGERS

07/03/2019


N° 11788

CHANCERELLE Caroline

MEDECINE GENERALE

D.E.S NANTES

26/03/2019


N° 7147

ASSERAY Nathalie

MALADIES INFECTIEUSES ET TROPICALES

Avis Commission Nat

1ère instance 07/02/2019


N° 7235

BOUTOILLE David

MALADIES INFECTIEUSES ET TROPICALES

Avis Commission Nat

1ère instance 07/02/2019


N° 11791

BRIAND Agathe

MEDECINE GENERALE

D.E.S VERSAILLES

18/06/2018


N° 11792

CHAMBET Paul

MEDECINE GENERALE

D.E.S NANTES

26/03/2019


N° 11794

DEPOUTOT Elisabeth

MEDECINE GENERALE

D.E.S NANTES

02/04/2019


N° 11797

GUIRETTE Charline

PSYCHIATRIE

D.E.S NANTES

02/11/2018


N° 3816

RAFFI François

MALADIES INFECTIEUSES ET TROPICALES

Avis Commission Nat

1ère instance 07/02/2019


N° 11807

MIGLIORINI Tiphaine

MEDECINE GENERALE

D.E.S NANTES

25/02/2019


N° 11808

TIRILLY Pierre-Simon

MEDECINE GENERALE

D.E.S NANTES

15/04/2019


CHANGEMENTS DE TABLEAU


N° 3159

BERTHELOT Antoine

Prend retraite – Reste inscrit « Non Exerçant »


N° 11051

CHAUTY Annick

Reprend une activité – Demande sa réinscription en qualité de « Médecin Exerçant »


N° 4840

DENIS Christophe

Reste inscrit « Non Exerçant »


N° 4354

DUBOIS Anne

Prend retraite – Reste inscrite « Non Exerçant »


N° 8854

HEILIKMAN Patrick

Prend retraite – Reste inscrit « Non Exerçant »


N° 8533

HUBERT Bruno

Prend retraite – Reste inscrit « Non Exerçant »


N° 7388

LE MOUELLIC Isabelle

Prend retraite – Reste inscrite « Non Exerçant »


N° 9916

MENAGER Tova

Prend retraite – Reste inscrite « Non Exerçant »


N° 2438

MOURGUYE Luc

Reprend une activité – Demande sa réinscription en qualité de « Médecin Exerçant »


N° 4051

PENEAU Catherine

Prend retraite – Reste inscrite « Non Exerçant »


N° 3732

PEROUZE Yves

Prend retraite – Reste inscrit « Non Exerçant »


N° 2670

PINCAUD Luc

Prend retraite – Reste inscrit « Non Exerçant »


N° 4304

PROUST Ursula

Prend retraite – Reste inscrite « Non Exerçant »


N° 4137

VILLEGOUREIX Maryse

Prend retraite – Reste inscrite « Non Exerçant »


N° 10135

BARATON Louis

Reste inscrite « Non Exerçant »


N° 8253

GENET Loïc

Reprend une activité – Demande sa réinscription en qualité de « Médecin Exerçant »


N° 8854

HEILIKMAN Patrick

Reprend une activité – Demande sa réinscription en qualité de « Médecin Exerçant »


N° 1976

LESCHALLIER DE LISLE Geneviève

Prend retraite – Reste inscrite « Non Exerçant »


N° 7528

MORON Bernard

Reprend une activité – Demande sa réinscription en qualité de « Médecin Exerçant »


N° 10739

PAILLE Marguerite

Reprend une activité – Demande sa réinscription en qualité de « Médecin Exerçant »



RADIATIONS


N° 8460

CARTON Hubert-François

Dossier transmis au Conseil du RHONE


N° 10583

DEVIS Cindy

Dossier transmis au Conseil de la VENDEE


N° 11740

GUIAS Marine

Dossier transmis au Conseil de la NOUVELLE CALEDONIE


N° 9353

LAGRANDEUR Julien

Dossier transmis au Conseil National pour inscription sur la liste spéciale


N° 11755

LAZARE Lucie

Dossier transmis au Conseil du MAINE ET LOIRE


N° 10989

LE MEUR Anthony

Dossier transmis au Conseil du MAINE ET LOIRE


N° 8725

MERCIER Sylvie

Dossier transmis au Conseil du PUY-DE-DOME


N° 8728

MORDANT Claire

Dossier transmis au Conseil des BOUCHES DU RHONE


N° 10976

MOUSLIM-ERBOUHI Samia

Dossier transmis au Conseil des PYRENEES-ORIENTALES


N° 10349

SACRESTE Christian

Dossier transmis au Conseil de la CHARENTE MARITIME


N° 11105

ANDRE-POYAUD Pauline

Dossier transmis au Conseil des COTES D’ARMOR


N° 11218

BONNET Antoine

Dossier transmis au Conseil du MORBIHAN


N° 10644

BONNET-BORDIER Sophie

Dossier transmis au Conseil du MORBIHAN


N° 11050

BUHLER Ludivine

Dossier transmis au Conseil de l’ISERE


N° 11596

CORROYER Thaïs

Dossier transmis au Conseil de la DORDOGNE


N° 3906

DESTRUBE Brigitte

Dossier transmis au Conseil National pour inscription sur la liste spéciale


N° 11363

LATYPOVA Xenia

Dossier transmis au Conseil de l’ISERE


N° 10920

PAGET Caroline

Dossier transmis au Conseil de VENDEE


N° 11280

VIAULT Benoit

Dossier transmis au Conseil de la HAUTE-GARONNE


DECEDES


N° 2748

BLANC Jean-Claude

Médecin retraité – Décédé le 28/03/2019


N° 9497

CUNIN Yves

Médecin retraité – Décédé le 21/04/2019