JARDIN ET CIE

Newsletter N°3

Bonjour à tous...

Il était prévu une newsletter en décembre mais comme vous avez pu le constater elle est restée au placard!

Celle de janvier est donc plus longue ...De quoi allons nous parler?

- du légume du moment

- de l'espace

- de calendrier

- de nouveauté

- de sauvegarde

- et de combat.

Le légume du moment :

Le Poireau


Le Poireau (Allium porrum L., 1753) est une espèce de plantes herbacée bisannuelle largement cultivée comme plante potagère pour ses feuilles (pseudo-tiges) consommées comme légumes.

Nom scientifique : Allium porrum L., famille des Amaryllidacées (précédemment famille des Liliacées puis des Alliacées).

Nom commun : poireau, porreau, poirée, poirette, asperge du pauvre.

Un peu d'histoire :

  • Le poireau proviendrait du Moyen-Orient mais ses origines précises restent très floues. Il était déjà cultivé dans l’Égypte ancienne où il symbolisait la victoire : le pharaon Kheops en offrait à ses meilleurs guerriers.

  • Les Romains l’appréciaient beaucoup. Le tristement célèbre empereur Néron en consommait en grande quantité pour adoucir ses cordes vocales. Cela lui valut le nom de « porrophage ».

  • Il fut introduit en Grande-Bretagne par les Romains. Lors d’une guerre, les soldats gallois en avaient planté dans leurs chapeaux comme signe de reconnaissance. Cela leur valut la victoire. C’est ainsi qu’il devint le symbole du pays de Galles.

  • Au Moyen Âge, il était souvent utilisé dans les soupes appelées « porées », d’où son nom actuel.

  • Cette plante figurait parmi les plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis au Moyen Âge



Et de culture … :



Le poireau préfère un sol frais, profond et riche en humus. C'est une plante très rustique, qui supporte bien le froid de l'hiver. La multiplication peut se faire soit en semis en pépinière en février-mars soit directement en place en avril-mai. Le repiquage des jeunes plants s’effectue lorsque les tiges ont la taille d'un crayon après les avoir « habillés » (c'est-à-dire avoir raccourci les feuilles et les racines). Un repiquage profond favorise la longueur du fût blanc.

La récolte intervient de 5 à 7 mois après la plantation. On pratique le buttage pour augmenter la longueur de la partie blanche en cours de culture. Les poireaux peuvent se conserver en terre, ou en jauge abritée pour pouvoir les récolter par grands froids. Les poireaux, dont le goût est intermédiaire entre ceux de l'oignon et de l'asperge, se consomment cuits. On peut les manger froids en vinaigrette, mais ils entrent le plus souvent dans la préparation de plats chauds : tartes, quiches, gratins, potages, pot-au-feu, potées...



Le poireau dans le langage courant:

  • Faire le poireau, c'est attendre (on dit aussi « poireauter »), en restant planté comme un poireau.

  • Le poireau, c'est aussi la décoration du mérite agricole dans le langage familier.

  • Le poireau est également un terme argotique pour désigner le pénis

  • Un poireau désigne également, dans le langage populaire, un bouton cutané sur le visage et plus particulièrement une verrue faciale surmontée de poils, lesquels rappelleraient les radicelles frisotés du légume qui apparaissent lorsqu'on arrache celui-ci de terre

  • le « poireau » désigne également un général dans le langage courant de l'Armée française, car il a la tête blanche, mais il est encore vert.

La culture s’expérimente aussi dans l’espace

"La première fleur cultivée dans l'espace a fait ses débuts", écrit l'astronaute américain Scott Kelly dans un tweet. Un zinnia cultivé dans la Station spatiale internationale (ISS) a fleuri, donnant naissance à la première fleur de l'espace. Mais ces plantes, apportées dans l'avant-poste orbital pour effectuer des expériences, ont apparemment eu des difficultés à s'adapter à la microgravité. Plusieurs de ces zinnias paraissaient mal en point en décembre après l'apparition de moisissures sur leurs feuilles à cause de la forte humidité, selon la Nasa. Mais elles semblent se ressaisir grâce aux soins de Scott Kelly. Cette culture de Zinnia fait partie du projet Veggie qui consiste à produire de la nourriture dans l’espace pour de futures longues missions spatiales vers Mars. Les membres d'équipage de la Station ont déjà récolté avec succès des laitues dont ils ont consommé les premières feuilles en 2015 et espèrent produire des tomates d'ici l'année prochaine. Le système de culture des salades et d'autres végétaux a été installé dans la Station spatiale mi-2014. Ces plantes sont cultivées par hydroponie .Gioia Massa, responsable scientifique du projet "Veggie", a expliqué que les plantes cultivées jusqu'à présent dans l'espace ne sont pas parfaites mais ont permis aux chercheurs sur la Terre de mieux comprendre comment les végétaux poussaient en microgravité.

Que faire en janvier au potager ?

Le proverbe du moment
Mieux vaut un voleur dans son grenier que du beau temps dès janvier.

  • Semer sur couche les laitues romaines et les poireaux d’été

  • Semer les navets à forcer et des poireaux sous châssis

  • Ameublir le sol, apporter du fumier au potager

  • Préparer une nouvelle aspergeraie

  • Butter les fèves

  • Diviser l’oseille, la rhubarbe, etc.

  • Aérer les châssis, ouvrir les tunnels et soulever les cloches la journée, par temps doux

  • Avant l’arrivée d’un coup de froid, mise en place de protections hivernales sur les légumes d’hiver pour les récolter par tous les temps

  • Protéger les poireaux avec des feuilles ou de la paille

  • Faire l’inventaire des graines potagères et préparer les commandes

  • Dernières récoltes de panais

  • Récolter les chicorées sauvages, les endives, les choux, les salades frisées, la mâche, les poireaux, etc.

  • Nettoyer, désinfecter et ranger les outils

Une nouvelle venue...

Platycerium alcicorne, corne d'élan...

Il y a un petit moment que je cherche une plante qui s'adapte au manque de lumière du bureau d' Audrey. Je l'avais trouvé mais seulement dans mes livres. Je ne suis pas une fan des grandes jardineries mais j'aime faire des échanges, ...des trouvailles et voilà ...je l'ai trouvé! Il s'agit d'une fougère qui normalement est épiphyte mais qui supporte très bien la culture en pot!

Corne de cerf ou corne d'élan, Platycerium alcicorne de la famille des Polypodiaceae est une fougère épiphyte, ses racines s’ancrent à l'écorce des arbres. Cette fougère au port pendant et évasé est composée de deux types de feuilles.

Les feuilles de la base sont marrons, elles servent d'ancrage, de protection et de réceptacle pour l'eau et les débris végétaux, elles ne produisent pas de spores.

Les autres sont étalées, pendantes, découpées comme les bois d'un cerf, de couleur vert recouvertes d'une pruine blanchâtre.

Les feuilles multilobées sont persistantes, épaisses à longs pétioles s'élargissant et se divisant en plusieurs lobes.

Il n'y a pas de floraison, mais des spores asexuées sur le revers des feuilles fertiles. La multiplication de la corne de cerf ou corne d'élan se fait par la propagation des spores s'envolant au vent.


  1. Température : tandis que le Platycerium alcicorne requiert un minimum de 15 ° en hiver, il vous faudra monter jusqu'à 18° pour son confrère le Platycerium grande. En été, assurez leur des températures comprises entre 18 à 21° mais attention toutefois à ne pas dépasser les 24°.
  2. Arrosage : pensez à laisser sécher les plantes entre 2 arrosages. Arrosage toutes les semaines en été et tous les 10 jours en hiver. Le mieux est de baigner le Platycerium tout entier durant une quinzaine de minutes puis de la laisser égoutter avant de le remettre en place.
  3. Lumière : bien que ces plantes supportent sans aucun problème la pénombre, elles préféreront tout de même l'exposition à la lumière et plus particulièrement au soleil.
  4. Croissance : le corne d'élan a une croissance lente et ne produira qu'une, deux ou trois feuilles par an.
  5. Facilités/difficultés : la corne d'élan est une plante facile à cultiver convient parfaitement aux jardiniers amateurs
Big image

Et les Ficus???

Comme vous avez pu le voir, les Ficus ont subi une coupe radicale!

En voici la raison: nous avons eu, une très sérieuse attaque de cochenilles...

Nous avons également déplacé l'un d'entre eux car l'atmosphère du château est trop sèche.


Bilan:

- les 2 ficus du hall d'entrée se portent bien,

- celui près du bureau de Malika semble "revivre",

- celui près de la cuisine est dans une mauvaise passe,

- un nouveau test est fait en remettant un ficus dans une salle du château.

Nous espérons que ces petits changements permettront à nos Ficus de repartir du bon pied!


Entretien:
Une fois en place et si l’on n’y touche pas trop, le ficus est une plante relativement facile d’entretien.
Le Ficus demande en revanche une attention particulière quant à son exposition, son arrosage et les changements brusques de température.
Il doit être situé dans une pièce lumineuse, mais ne doit pas être exposé au soleil direct.
Il doit être arrosé lorsque la terre est sèche, mais sans excès et toujours avec de l’eau à température ambiante.
Enfin, évitez de le déplacer trop souvent, car ce dernier mettra du temps à s’adapter à son nouveau milieu.

Arrosage:
Il est préférable d’attendre que le sol soit sec entre 2 arrosages. Arrosez donc en moyenne 1 fois par semaine. Si l’air de votre intérieur est plutôt sec ou en été, on peut arroser un peu plus souvent, mais en attendant toujours que le sol soit sec en surface.
Au contraire, en hiver ou en cas de forte humidité ambiante, on pourra espacer un peu plus l’arrosage. N’hésitez pas à vaporiser régulièrement de l’eau sur le feuillage, cela améliorera la qualité du feuillage et évitera que les feuilles sèchent.

Taille :
Contrairement aux idées reçues, le ficus est une plante qui supporte très bien la taille. Si il devient trop haut et/ou trop envahissant pour votre salon ou votre pièce d’intérieur, vous pourrez procéder à une taille de votre ficus.

Munissez vous d’un sécateur et suivez nos conseils de taille :
Vous pouvez le tailler une fois par an, à n’importe quelle période de l’année. Il est inutile de rabattre les branches trop sévèrement, une taille légère suffit. Cela permettra d’avoir un feuillage plus beau et plus dense.


Ce paragraphe sur la taille m'ouvre les portes vers l'univers des Bonsaïs!!! A quand un magnifique bonsaï à l'Anjouère? On peut rêver quand même!

Big image

Eradiquer les cochenilles

1- En cas de faible attaque: Imbibez un coton-tige d'alcool à 70° et le passer sur les cochenilles.
2- En cas de forte attaque: mélangez dans un brumisateur, une cc de savon noir liquide, une cc d'alcool à 90° et un cc d'huile de colza pour un litre d'eau. Brumisez tous les 20 jours.

Source: Rustica agenda 2016