Fakebook ou Facebook

Comment effectuer une recherche sur Internet

Comment faire une recherche sur Internet ?

Au cours de l’année, ton professeur te demandera peut être de faire un exposé, de réaliser un panneau ou une fiche à l’écrit sur un sujet précis. Et comme on dit qu’ « on trouve tout sur internet », tu te précipites au CDI ou chez toi pour surfer et trouver la solution au problème…
Mais attention, ce n’est pas si simple. Voici quelques étapes indispensables pour mener à bien ta recherche.


1. Que chercher ?

Ce qu’il ne faut pas faire :sauter cette étape

Astuce N°1

Pour essayer de délimiter ton sujet, regarde ton manuel, ouvre un dictionnaire ou une encyclopédie. Tu découvriras peut-être que tu as déjà tout sous la main et que tu n’as
pas besoin d’internet.


2. La lecture documentaire c'est quoi ?


La recherche documentaire, c’est d’abord et principalement de la lecture.

Cette lecture documentaire est partie intégrante de presque toutes les disciplines de l’école . Qu’il s’agisse de compléter ses connaissances, de valider des hypothèses faites lors d’expériences, ou de la découverte de nouveaux thèmes d’étude, elle est un des outils qui permet d’accroître la culture générale de nos élèves, et de susciter un « plaisir d’apprendre » si souvent absent tant il est ancré dans nos pratiques que tout apprentissage doit se faire dans la douleur et dans l’effort.

Pratiquer la lecture documentaire suppose acquises deux compétences complémentaires :

- Une bonne lecture, c'est-à-dire rapide, silencieuse et adaptée à l’usage.
- Une bonne méthode : choix de la source, maîtrise des outils de recherche, recueil et
mise en forme de l’information.
Si la première est incontournable comme pilier des apprentissages , il n’en va pas de même pour la deuxième dont on considère souvent - et à tort - qu’elle sera acquise
automatiquement, et mécaniquement, au fil du temps passé à répondre aux nombreuses sollicitations de l’école.
C’est notamment le cas dans une structure traditionnelle d’apprentissage, héritée des théories béhavioristes de Burrhus Skinner et qui peut se résumer en trois étapes :

1. transmission des connaissances, exercices d’application et contrôle des connaissances acquises.

2. Ce système très réducteur, s’il permet de « massifier » les apprentissages et d’instruire simultanément un grand nombre d’élèves, laisse peu de place aux centres d’intérêt de l’élève et ne tient absolument pas compte de sa personnalité, ni de sa « façon d’apprendre »

3. La recherche documentaire trouve naturellement sa place dans un projet pédagogique, qu’il soit individuel ou collectif.

C’est une étape importante du projet et l’occasion d’acquérir de bonnes méthodes de travail.


3. La démarche

1. Les étapes de la recherche documentaire.

a. Préciser et préparer la recherche :
  • Quelles informations ? Quel est le sujet de la recherche ?
  • Sous quelles formes ? Textes, images, plans, etc.
  • De quelle nature ? Des lieux, des noms, des dates, etc.
  • Quels sont les mots-clés ?
b. Chercher :
  • Choisir le bon outil : livre, Internet, encyclopédie, etc.
  • Effectuer la recherche : utiliser les sommaires, tables des matières, index.
  • Repérer, trier l’information.
c. Extraire l’information :
  • Ecouter, surligner, copier/coller, recopier, etc.
d. Restituer l’information :
  • Présenter, enregistrer, mettre en page, illustrer, etc.
  • La prise en compte des différentes étapes peut se faire à travers un petit mémento affiché en classe qui servira de guide.
2. Les outils TICE
Avec son extension massive et son arrivée dans les écoles, Internet s’est imposé comme la première source de documentation. Cela ne doit pas conduire l’enseignant à abandonner les sources d’information plus classiques. Le rôle de l’enseignant est clairement défini : il s’agit de favoriser le choix de la source la mieux adaptée à la recherche en cours.
Là encore, un petit mémento affiché en classe pourra guider le choix des élèves. Il peut être élaboré collectivement.


4. Les compétences à acquérir

Il s’agit là d’une compétence multiple.

Qu’entend-on exactement par « savoir consulter » ?

On peut décomposer ainsi :

  • Je sais me connecter au site de recherche
  • Je sais formuler ma recherche
  • Je sais naviguer dans les différentespages proposées afin de vérifier la pertinence des informationsrecueillies.
  • Je sais sélectionner celles qui correspondent à ma recherche.

Lorsque je recherche une information, je me préoccupe de choisir le cédérom, le dévédérom, le site internet ou le document imprimé sur papier le plus approprié pour la trouver.

Je sais consulter un cédérom, un dévédérom ou un site internet pour trouver l’information que je recherche.

Je sais copier, coller ou imprimer, stabiloter, post iter l’information que j’ai trouvée sur Trello ou sur un traitement de texte ou un FRAMAPAD , tutoriel : http://toogl.es/#/view/w583kZNnP2I

Lorsque j’ai trouvé une information je recherche des éléments qui permettent d’en analyser la validité (auteur, date, source...).
Remarques : Le décryptage des documents trouvés sur Internet n’est pas chose facile. Ils sont souvent anonymes et non datés

5. L’hypertexte c'est quoi ?

L’hypertexte est une invention de l’américain Ted Nelson, basée sur les travaux de deux de ses compatriotes : Vannevar Bush et Douglas Engelbart. Ce dernier émit très tôt l’idée que les ordinateurs pouvaient et devaient afficher des données à écran, et qu’ils pourraient ainsi devenir des outils d’aide individuelle à l’écriture, la lecture et la réflexion
.
La définition de l’hypertexte, donnée par Nelson est la suivante :

« Par hypertexte, j’entends simplement l’écriture non séquentielle. »
La séquentialité présente pour Nelson un double défaut : elle correspond mal au mouvement de la pensée, elle impose à tous les lecteurs une seule et même manière de parcourir le texte.
Au lieu de multiplier les écritures, et les présentations, l’hypertexte proposera différentes versions du même texte, activées par différents parcours en fonction des stratégies des lecteurs.

On peut distinguer deux sortes d’hypertextes :

1. l’hypertexte par blocs ou « fragments « (Chunks en anglais).
Comme avec une encyclopédie, ou un jeu de fiches, le lecteur lit un bloc de texte, puis un autre, dans l’ordre qui lui convient.

2. l’hypertexte étendu fait appel à la notion de renvoi. Chaque portion du texte, présenté de manière non séquentielle, renvoie à un ou plusieurs autres textes. Se trouvent ainsi combinés l’association d’un texte à un autre (renvoi) et le passage d’un bloc à un autre, l’ensemble constituant le parcours ou navigation.

L’hypertexte constitue un nouvel espace d’écriture et de lecture qui s’oppose à celui du livre imprimé. Les principaux traits de cette opposition peuvent se résumer ainsi :

Les trois lectures complémentaires

La recherche documentaire, en particulier sur Internet, demande une bonne maîtrise de trois types de lecture :

qui permet de naviguer dans les différents menus, de repérer les liens utiles, sans entrer dans le détail. C’est la navigation de surface, qui permet d’identifier rapidement les mots, expressions, identifiants du texte, et d’évaluer leur pertinence pour la recherche en cours.

Cette phase de la recherche est primordiale car, mal maîtrisée, elle peut conduire à des recherches sans fin ou erronées.

Une deuxième lecture plus classique
, linéaire, du paragraphe identifié comme pertinent afin d’en extraire la réponse à la question posée.

Une troisième, spécifique à l’hypertexte, qui permet de repérer les liens conduisant
vers d’autres informations peut-être pertinentes.


L’utilisation simultanée de ces trois types de lecture n’est pas chose aisée pour des élèves dont certains n’ont pas encore acquis la simple lecture silencieuse.

L’idée défendue ici est qu’il faut procéder par étapes de difficultés progressives et adaptées aux capacités des élèves, afin d’éviter d’aggraver les difficultés existantes en proposant d’emblée un objectif inaccessible.


Astuce N°2

Ce qu’il ne faut pas faire :taper le sujet de ta recherche dans la barre d’adresse


Tu dois bien distinguer les annuaires et les moteurs de recherche :


  • dans un annuaire : on peut chercher comme dans un catalogue.

Quelqu’un a sélectionné des sites sur internet et les a classé dans des rubriques. On peut aussi saisir des mots clés.

Exemples
www.yahoo.com www.voila.fr www.lycos.fr


dans un moteur de recherche : on tape un ou plusieurs mots clés et le moteur de recherche va balayer plusieurs millions de sites web pour trouver ceux contenant ces mots.
Il faut avoir bien préparé sa recherche (étape 1) pour pouvoir saisir les bons mots clés


Si tu es un enfant le site TAKATROUVER est un moteur intéressant

Comment éviter le plagiat

Pour prévenir ce phénomène, le Service des bibliothèques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) propose un module de formation et d'autoformation sur le plagiat et les règles de citation.


Ce module comporte cinq parties.


Une première définit la notion de plagiat et livre quelques exemples, c'est-à-dire sept pratiques qui peuvent être qualifiées de plagiaires :


  1. "Copier textuellement un passage d’un livre, d’une revue ou d’une page Web sans le mettre entre guillemets et/ou sans en mentionner la source;
  2. Insérer dans un travail des images, des graphiques, des données, etc. provenant de sources externes sans indiquer la provenance;
  3. Résumer l’idée originale d’un auteur en l’exprimant dans ses propres mots, mais en omettant d’en indiquer la source;
  4. Traduire partiellement ou totalement un texte sans en mentionner la provenance;
  5. Réutiliser un travail produit dans un autre cours sans avoir obtenu au préalable l’accord du professeur;
  6. Utiliser le travail d’une autre personne et le présenter comme le sien (et ce, même si cette personne a donné son accord);
  7. Acheter un travail sur le Web."


Cliquer ici pour accéder au cours


Ce qu’il faut faire :appliquer quelques règles simples.

Tout doit être en minuscule, sans accent, avec un espace entre chaque mot. Si tu veux retrouver une expression bien précise, place-la entre guillemets.

Si tu cherches une image, tu peux passer sur le moteur de recherche d’images.

Attention, le moteur ne cherche que dans les titres des photos, pas dans leur contenu.