Saint Augustin et la politique

Theo sofos

Deux amours font deux cités

Selon Saint Augustin, deux amours ont bâti deux cités :

  • L'amour de soi jusqu'au mépris de Dieu a construit la cité terrestre ; l'amour de Dieu jusqu'au mépris de soi-même, la cité céleste.
  • L'une se glorifie en soi, et l'autre dans le Seigneur ; l'une cherche sa gloire dans les hommes, et l'autre dans le témoignage de sa conscience.
  • L'une marche la tête superbement levée dans l'enivrement de sa propre gloire, et l'autre dit à son Dieu : "Vous êtes ma gloire et mon orgueil".
  • En l'une des chefs sont dominés par la passion d'écraser leurs sujets, et en l'autre les chefs et les sujets s'assistent mutuellement, ceux-là par leur paternelle administration, et ceux-ci par leur obéissance.
  • L'une se flatte, en la personne des puissants, de sa propre vertu, l'autre dit à son Dieu : "Seigneur, vous qui êtes toute ma force, je vous aimerai." »

Biographie

  • Né à Tagaste en Afrique (354-430)
  • Influencé par le manichéisme, le scepticisme et le neoplatonisme chretien.
  • Ce convertit au christianisme en 386
  • Il defend la doctrine de la pedestration, selon laquelle seule la grâce divine peut permettre à l'homme le salut.

Oeuvres principales


  • Son oeuvre est immense, il écrivait sans relâche, lettres, traités et sermons pour défendre sa conception du christianisme.


  • Les Confessions racontent sa jeunesse et sa conversion.


  • La Cité de Dieu (De Doctrina christiana) est son texte fondamental, qui définit pour longtemps les exigences et les limites d’une culture chrétienne. Cet ouvrage justifie le christianisme dans l’histoire et par l’histoire.


  • 113 traités sur tous les domaines (Sur la musique, par exemple).


  • Quelque 218 lettres (correspondances avec des évêques, laïcs, ministres, empereurs). Près de 500 sermons et petits traités de théologie morale Sur le mensonge, Sur le jeûn, Sur le culte des morts, etc.


  • Innombrables commentaires des Écritures (on a retrouvé des traces de commentaires de 42 816 versets).


  • Dialogues sur la philosophie de Platon.


  • Essais sur la religion romaine antique.


De Doctrina christiana, de Saint Augustin (manuscrit offert à Louis le Pieux ,vers 800)

Texte fondamental, le De Doctrina christiana de saint Augustin (354-430) définit pour de longs siècles les exigences et les limites d’une culture chrétienne éclairée par la foi, dédiée à l’intelligence des Écritures : le savoir n’est pas objet de connaissance, il est éveil aux vérités de l’Éternelle Sagesse.

Le présent manuscrit comporte une dédicace à l’empereur Louis le Pieux, qui témoigne du rôle majeur de ce texte dans l’élaboration intellectuelle de la Renaissance carolingienne.

Citations


  1. La Providence conduit l’histoire de l’humanité depuis Adam jusqu’à la fin de l’histoire, comme s’il ne s’agissait que de l’histoire d’un seul individu qui passerait petit à petit de l’enfance à la vieillesse.
  2. Le Christ est mort, une fois pour toutes, pour nos péchés
  3. [La Cité de Dieu] recrute ses citoyens parmi toutes les tribus et rassemble la confrérie de ses pèlerins quelle que soit leur langue, sans tenir compte de ce qui diffère dans les coutumes, les lois ou les institutions.
  4. Par nature, l’homme n’a pas de pouvoir sur l’homme.
  5. Notre coeur est inquiet tant qu’il ne trouve pas le repos en Dieu.
  6. Je crois afin de comprendre.
  7. [Douter], c’est croire implicitement à l’existence de la vérité et en désirer la connaissance.
  8. La bonne volonté est l’ oeuvre de Dieu, la mauvaise volonté est de s’éloigner de l’ oeuvre de Dieu.